Séance n°2 : L’essai filmique avec Sébastien Févry

Affiche essai filmiqueAffiche réalisée par Laurent Martial (imprimerie de la FLSH, Université de Limoges).

Quelles émotions pour l’essai filmique ? Entre mélancolie et espoir

Jusqu’à aujourd’hui, l’essai au cinéma a principalement été envisagé selon des perspectives historique ou théorique visant à saisir l’évolution du genre et à définir ses traits récurrents pour constater au final l’impossibilité d’en proposer une définition stable et clôturée. Par rapport à ces perspectives, la réflexion proposée dans le cadre de ce séminaire ne visera pas à saisir ce qu’est l’essai filmique ni même à en retracer l’histoire. L’approche sera pragmatique et interrogera ce que fait l’essai filmique ou plus précisément quelles émotions il produit et quelles sont les composantes esthétiques susceptibles de déclencher ces émotions. Mon hypothèse principale consistera à avancer que l’essai, dans l’espace du cinéma contemporain, est surtout associé à la mélancolie et à des affects liés à la perte et au deuil. Cependant, cette collusion entre un genre et un type d’émotion, souvent entérinée dans le champ du cinéma d’auteur (Godard notamment), conduit à éloigner du regard critique certaines productions filmiques relevant davantage d’un registre populaire. Celles-ci peuvent formellement s’apparenter à l’essai, mais ne sont pas nécessairement considérées comme tel, car elles convoquent des émotions différentes comme la joie ou l’espérance. Pour mettre en place une cartographie des sentiments liés à l’essai, je m’appuierai notamment sur des extraits de Godard, de Sokourov ou de Terence Davies,

Francophonia godard1

sans oublier des exemples plus récents tirés des films Demain (Dion, Laurent, 2015) ou Merci patron ! (Ruffin, 2016).

merci-patron Demain


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *