Séance n°3 : l’essai dessiné par Maxime Hureau

Affiche réalisée par Laurent Martial (imprimerie de la FLSH, Université de Limoges).

Premières lignes de l’essai dessiné :
étude comparée de deux collections contemporaines

Prenant acte de l’essor important de la bande dessinée non fictionnelle, cette troisième séance vise à questionner l’existence d’un essai dessiné, s’appuyant sur l’image à l’instar de l’essai photographique ou filmique. Bien que jamais théorisé pour la bande dessinée, le genre de l’essai permet d’interroger des œuvres peu étudiées et de poser en particulier la question du rapport de ce champ à la transmission d’idées, de savoirs ou de connaissances.

Or, depuis le XIXè siècle au moins, l’illustration est liée à la fois à la vulgarisation scientifique ou à l’éducation (morale) et au développement des industries culturelles. Intégrant cette donnée historique pour traiter de l’essai dessiné, nous nous appuierons sur la seconde définition de l’essai médiatique proposée pour ce séminaire. Celle-ci permet d’ouvrir le genre à « l’essai à succès, relayé par les médias », à l’essai de « grande consommation ». De plus, tout comme il semble limité de considérer l’essai littéraire (ou textuel) uniquement comme bénéficiant d’une grande légitimité culturelle, nous n’envisagerons pas l’essai dessiné uniquement via les industries culturelles ou la culture dite médiatique. En effet, il semblerait que les deux types d’essais (légitime/illégitime, ou élitiste/médiatique) cohabitent ou s’opposent au sein d’un même champ pourtant relativement minoré, et qu’ils s’inscrivent dans des espaces éditoriaux distincts. Ainsi, industrie culturelle et contre-culture – au sens large – abriteraient des essais aux formes parfois proches mais aux positions épistémologiques et aux enjeux idéologiques divergents. Certains aspects retiendront plus particulièrement notre attention, comme l’expression ou non de la subjectivité, la tendance ou non à la narrativisation, mais aussi les thématiques évoquées (des requins au vieillissement des auteurs de bande dessinée), et plus largement les rapports à la science et à la culture.

Afin d’éclairer les différentes conceptions et démarches de l’essai, cette séance sera consacrée à une étude comparée de deux collections contemporaines que sont « La Petite bédéthèque des savoirs » (Le Lombard) d’un côté et « L’Eprouvette » (l’Association) de l’autre. Ce travail de comparaison a pour but de réfléchir à nouveau sur la légitimité culturelle de la bande dessinée, notamment à travers son traitement médiatique, en y montrant quelques ambiguïtés, selon les lieux éditoriaux concernés et les idéologies à l’oeuvre. Cette présentation de la dualité de l’essai dessiné au sein du champ contemporain pourra conduire in fine à poser la question de la place de l’essai dans l’histoire de la bande dessinée et de ses manifestations prototypiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *