Séminaire à Limoges : programme 2017-2018

Lancement de la deuxième saison ! Comme cela a été discuté lors la dernière séance de bilan, en juin, on a cherché à favoriser les réflexions sur :

  • l’essai à, ou de, ou sur la télévision
  • le rapport de l’essai aux formes actuelles du journalisme
  • un sujet « médiatique » (dans le sens de « fort d’un grand succès », « de grande diffusion »)
  • une carte globale des nonfictions médiatiques

Comme en saison 1, au moins une séance est assurée par un doctorant, avec lequel un répondant extérieur viendra dialoguer.

Toutes les séances se tiennent à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Limoges. Entrée libre et gratuite.

jeudi 25 janvier 2018, 16h-19h, D103
Tentative de cartographie des nonfictions médiatiques
Samuel Monsalve, Université de Limoges
Répondant : Vincent Ferré, Université Paris-Est Créteil

jeudi 8 mars, 16h-19h, D005
Essai et Nouveau Journalisme
Marie Vanoost, FNRS / Université Catholique de Louvain-la-Neuve

jeudi 5 avril, 16h-19h, D005
Essais sur, de ou à la télévision
François Jost, Université Paris-3
Thibaut Le Hégarat, Université Versailles Saint-Quentin
Sylvie Perineau-Lorenzo, Université de Limoges

jeudi 17 mai, 16h-19h, D005
Essais sur le polar
Natacha Levet, Université de Limoges

Séance n°4 : premier bilan et programmation 2017-2018

La dernière séance de l’année 2016-2017 sera consacrée à un premier bilan et à la programmation du second cycle de ce séminaire.

Une séance sera réservée à la conférence d’Alexandra Saemmer, prévue le 4 mai et reportée, sur l’essai numérique.

D’ores et déjà, les pistes tracées par les séances sur le photo-essay (A. Stafford), l’essai filmique (S. Févry) et l’essai dessiné (M. Hureau) ont dégagé des problèmes variés:

  • hiérarchies culturelles : l’essai se lit-il en régime de grande consommation ? Les débats autour des films de Mélanie Laurent (Demain) et François Ruffin (Merci patron !) ont révélé des lignes de clivage. Faut-il en faire des marqueurs de généricité ?
  • thymique de l’essai : alors que la théorie du genre littéraire accorde la plus grande place à la subjectivité de l’essayiste, les conférenciers ont attiré notre attention sur les émotions de l’essai (filmique, photographique). Ce déplacement conceptuel engage-t-il une révision des cadres génériques de l’essai ? Permet-il de repenser son énonciation, ou sa réception en régime intermédial ?
  • rhétorique et épistémologie de l’essai : la séance sur l’essai dessiné a montré les recoupements entre la diffusion du savoir et l’appropriation de ce dernier à travers les frontières poreuses de deux collections de bandes dessinées non-fictionnelles (« Éprouvette » et « La Petite bédéthèque des savoirs »). Le genre de l’essai permet-il de penser cette frontière plus précisément ?
  • postures de l’essayiste (et sociabilités de groupes, de collections, de projets).
  • sémiotiques différenciées selon les médias (photo, film, dessin).

Les organisateurs tiendront tout particulièrement compte des avis des auditeurs des séances du cycle 2016-2017, mais aussi de toutes les personnes intéressées. La programmation du cycle 2017-2018 veut en effet arpenter très largement le sujet, avant que ce programme de recherche trouve sa conclusion lors d’un colloque international, à l’horizon 2018/2019.

Venez nombreux !