Colloque international 25-27 novembre 2019

Appel à communications

Organisatrices : Irène Langlet, EA 4120 LISAA, université Paris Est Marne-la-Vallée UPEM et Chloé Ouaked, EA 1087 EHIC, université de Limoges.

Le programme « Essai médiatique », soutenu par l’EA EHIC (axe 3) de Limoges, a comporté un séminaire à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, de 2016 à 2018 (voir http://essaimedia.hypotheses.org). Quatre universités s’associent pour organiser le colloque final d’où sera tiré un livre synthétique : UPEM, Université de Limoges, Université de Bologne et Université Catholique de Louvain-la-Neuve (UCL).

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Le colloque aura lieu les 25-26-27 novembre 2019 à l’UPEM Marne-la-Vallée.

Les propositions de communication (20-30 lignes accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique) seront à envoyer pour le 15 février 2019 à I. Langlet irene.langlet@u-pem.fr et C. Ouaked chloe.ouaked@unilim.fr.

Argument: l’essai médiatique

De la forme inventée par Montaigne, l’histoire culturelle a fait naître une espèce littéraire qui se présente souvent comme un anti-genre, libre, critique, personnel, et dont on approche bien l’esprit quand on considère ces trois caractères comme en interaction continue, dans toutes les combinaisons : l’essai sera libre parce que critique, personnel donc libre, critique parce que personnel, libre donc critique… Cette intime interaction caractérise mieux l’essai qu’une définition comme « genre littéraire », qui restera toujours paradoxale avec un « anti-genre » revendiqué. Longtemps réservé au livre, le terme d’essai a migré vers d’autres supports et d’autres systèmes de signes : l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué, dans le vaste écosystème intermédial qui caractérise la culture contemporaine depuis plus d’un siècle.

Dans un deuxième sens, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les mass-médias. En résistant à la tendance qui consiste à exclure du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), il s’agit d’examiner sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé. Dans cette perspective, on pourra notamment s’interroger sur l’articulation entre l’essai et le type d’émotion qui lui est associé en examinant par exemple la récurrence de l’affect mélancolique dans la production auteuriste.

Au sein des « territoires de la non-fiction » tels qu’approchés en 2017 et 2018 par un colloque à Paris-3 (dir. A. Gefen, P. Daros, A. Prstojevic), la zone essayiste se définirait en se distinguant résolument de la fiction, sans recours absolument nécessaire à la notion et aux outils du récit ou du témoignage, et sans se confondre non plus avec le documentaire, l’exposé informatif ou la vulgarisation des savoirs. On y attend, conformément à ce que 4 siècles d’histoire littéraire ont sédimenté dans le nom du genre, une liberté de thème, de forme et de ton, et un dispositif de constante prise de distance, voire de spécularité ironique, avec ces catégories qu’il côtoie. Etudier un « essai médiatique » consiste donc à comprendre le transfert d’une notion littéraire à des objets qui ne le sont pas, avec ce qu’elle amène de débats, de corpus textuels et théoriques, et d’enjeux esthétiques et épistémologiques. Le cinéma, la photographie, et à travers eux les genres du documentaire ou du reportage ont entrepris ce transfert de longue date ; la bande dessinée s’y est timidement et récemment risquée ; la question a été posée au sujet de l’immense ensemble des productions numériques nonfictionnelles et personnelles, dans toute leur diversité et l’extensivité que leur procure le réseau internet à ses différentes étapes de développement, de l’hypertexte initial aux réseaux sociaux actuels, en passant par la blogosphère (Wampole, 2016) et les dispositifs transmédia.

De W. Eugene Smith à Chris Marker, les cultures visuelles ont notablement gagné, avec la notion d’essai, la reconnaissance de l’irréductible subjectivité et relativité de l’image. Dans le cas de la photo, cela a pu engager un contrepied massif contre la supposée valeur documentaire du medium, ainsi qu’une prise de distance avec le support de presse qui en était le vecteur majeur de diffusion. Le brouillage entre l’objectivité et la subjectivité se redouble d’un brouillage des supports, et nourrit la « crise de la photographie-document » (Rouillé, 2005). Une histoire de l’essai photographique met ainsi en lumière une ligne de force de l’essai médiatique : le passage d’un emploi instrumental à une expression en propre, du journal au livre. L’histoire de l’essai filmique dispense une leçon différente, plus directement liée à l’imaginaire utopique du genre : avec Eisenstein ou Richter, il s’est agi d’inventer une forme capable de montrer ce qui est difficile à voir. Le caractère expérimental des essais de l’époque Godard ou Marker ont assumé cet héritage utopique, tout en nourrissant une recherche esthétique et épistémologique, et un geste de conception et d’expression qui se reconnaît dans des films grand public, ou à la télévision, par exemple dans le « Service Recherche » de feu l’ORTF. Les médias de la presse imprimée ou hertzienne, de l’audiovisuel privé ou public sont ainsi, visiblement, instructifs sur la fortune de l’essai en régime médiatique.

En outre, le video-essay se propose comme un nouvel exemple de métatextualité visuelle à dimension pédagogique. Il permet de limiter le métacommentaire textuel à l’analyse formelle et thématique et à l’interprétation critique, sans devoir décrire les images et les séquences filmées qui y sont insérées. Le congrès ACLA de Harvard (Wampole, 2016) a discuté l’usage américain du video-essay à la fois comme outil d’évaluation pédagogique et laboratoire pratique pour une plus large alphabétisation du genre chez les chercheurs et les enseignants. Le video-essay se présente dès lors comme une des formes de l’essai médiatique grand public, et demande une analyse attentive de l’usage que la communauté digitale en fait. Le projet Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives (DETECt), financé dans le cadre de l’ERC Horizon2020 vise à développer, au cours d’une enquête sur le genre de la crime fiction dans les productions européennes contemporaines, la connaissance et la pratique du video-essay dans le public des chercheurs, enseignants et étudiants. Un axe de recherche du colloque considérera le video-essay comme essai médiatique qui actualise, dans un système d’interaction participatif, l’ancienne fonction pédagogique des écritures essayistiques.

Etonnamment, la bande dessinée et la sphère d’internet, qui regorgent, à l’évidence, de productions de type essayiste, n’ont pas adopté le terme, sauf pour des diffusions en ligne de photo-essays ou de film-essays. On propose d’y tester la valeur heuristique du nom de genre : en choisissant de lire comme des essais la « BD du réel », ou les formes souvent subjectives de la vulgarisation illustrée ; les blogs de journalistes, d’écrivains ou de scientifiques ; les articles Facebook ; les posts des forums de critique culturelle. Qu’apprend-on de ces médias, et que nous apprennent-ils des formes actuelles de la matrice essayiste : l’alliance d’une liberté de thème et de ton, de l’erratisme de la méthode, de la réflexivité de la forme, de la critique personnelle et du style composite ?

Enfin, pour ce qui regarde l’essai imprimé, la dé-hiérarchisation culturelle postmoderne recompose les lignes de front qui définissaient la posture essayiste distinguée. Pour Macé, la « haine de l’essai » du début du XXe siècle se jouait entre gens de lettres, dans les hautes sphères où la littérature légitimée pouvait avoir prétention à la pensée et aux « idées » ; mais celle du début du XXIe siècle se déroule dans une arène plus vaste où se font face littérature de masse et littérature distinguée, discours littéraire et discours médiatique, expression verbale et expression visuelle. Pour un critique comme Stanitzek, les élites littéraires des années 1970 ont maintenu stratégiquement un concept emphatique d’essai. Entretenant à dessein une confusion entre le statut social, la position éditoriale et les caractères stylistiques et philosophiques, ce concept d’essai ressemble à s’y méprendre à un petit appareil idéologique local (Stanitzek, 2011). La polémique initiée en Allemagne par Kaube a développé des arguments comparables (cf. Langlet, 2015). Faut-il alors se résigner à considérer l’essai comme une « pathologie du retard (de la contemplation) » impliquant d’« accepter l’aristocratie de l’écriture » (Macé, 2006) ? Il s’agira de faire entrer l’étude de l’essai de plain-pied dans l’écologie discursive de l’ère numérique ou de la « troisième ère médiatique » (après celles du journal au XIXe siècle et de l’audiovisuel au XXe), où jamais nul locuteur n’a autant écrit « ce qu’il en pense ».

Le colloque se donne des objectifs théoriques et de scrutation des corpus. Il attendra donc des propositions théoriques qu’elles précisent bien leurs corpus ; inversement, il attendra des propositions d’études de cas qu’elles débouchent sur des propositions conceptuelles générales.

Bibliographie

Azoury Philippe, « L’essai documentaire, détour pour mieux parler de soi » [entretien avec Danièle Hibon], Libération, 27 février 2002 ; en ligne, URL : http://next.liberation.fr/culture/2002/02/27/l-essai-documentaire-detour-pour-mieux-parler-de-soi_395272.

Bacqué Bertrand, Neyrat Cyril, Schulmann Clara et Terrier Hermann Véronique (dir.), Jeux sérieux. Cinéma et art contemporains transforment l’essai, Genève, MAMCO, 2015.

Bazin André, (« Lettre de Sibérie. Un style nouveau : l’essai documenté », Radio télé ciné, n°461, 16 novembre 1958).

Bluher Dominique, « Convergences et divergences : du documentaire de qualité à l’essai cinématographique », in Bluher Dominique et Pilard Philippe, Le Court-métrage documentaire français de 1945 à 1968 : Créations et créateurs, PUR, 2009.

Corrigan Timothy, The Essay Film. From Montaigne, After Marker, Oxford University Press, 2011.

Groensteen Thierry, Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée 2, P.U.F., 2011.

Labarre Nicolas, « Ecrire un comics universitaire : Pourquoi ? », Picturing it, Carnet de recherche visuel, 2013 ; en ligne, URL : http://culturevisuelle.org/essaysincomics/?p=32

Langlet Irène, L’Abeille et la balance. Penser l’essai, Classiques Garnier, 2015.

Lugon Olivier, Le Style documentaire : d’August Sander à Walker Evans, 1920-1945, Macula, 2004.

Macé Marielle, Le Temps de l’essai, Belin, 2006.

Mitchell W.J.T., « The Photographic Essay », in Picture Theory, The University of Chicago Press, 1994.

Pourvali Bamchade, L’« Essai filmé » comme forme de la modernité cinématographique, 1953-1997, thèse de doctorat soutenue à Paris-Est sous la direction de M. Cerisuelo, 2014.

Rouillé André, La Photographie. Entre document et art contemporain, Folio Essais.

Smolderen Thierry, Naissances de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, 2009.

Stafford Andrew, Photo-texts. Contemporary French Writing of the Photographic Image, Liverpool University Press, 2010.

Stanitzek Georg, Essay — BRD, Vorwerk 8, 2011.

Wampole Christy, direction du panel “Where is the Essay Going ?”, ACLA Conference, Harvard (USA), 17-20 mars 2016.

Saison 2, séance n°4 : le 20 juin 2018

 

Consacrée aux essais sur le polar, la séance n°4, qui viendra clore la seconde saison du séminaire « essai médiatique », devait avoir lieu en mai.

Elle a finalement été déplacée et fixée le 20 juin 2018 de 10h30 à 12h30.

Attention, le lieu a changé : nous nous retrouverons en salle D005, à la FLSH de Limoges.

Nous pourrons ainsi accueillir et écouter la spécialiste du polar et du roman noir Natacha Levet (Univ. de Limoges), qui nous parlera notamment des ouvrages suivants :

 

Par ailleurs, l’après-midi sera dédié, dans cette même salle, à un séminaire doctoral organisé par Bertrand Westphal pour l’E.A EHIC (14h – 17h) et intitulé « Variations autour du canon littéraire ».

Saison 2, séance n°3 : le 05 avril 2018

Intitulée « Essai/Télévision », cette séance n°3 nous permettra d’accueillir non pas un mais deux intervenants le jeudi 05 avril 2018.
Nous aurons le plaisir d’écouter d’abord Thibault Le Hégarat, chercheur associé à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et professeur d’histoire et géographie de l’Éducation nationale, puis François Jost, professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle.

Cette séance sera animée par notre collègue limougeaude Sylvie Périneau-Lorenzo. Nous vous convions donc à nous retrouver en salle B301 à l’ESPE de Limoges (209 bd de Vanteaux, à 5mn à pied de la faculté), de 16h à 19h. (Ce changement de lieu est dicté par le blocage de la FLSH.)

Vous trouverez ci-dessous un descriptif de la communication de François Jost, des liens pour lire Thibault Le Hégarat, ainsi qu’une présentation plus ample de nos deux invités.

Un essai de dissection du texte par les images et les sons

par François Jost

L’essai en tant que tel n’appartient pas aux typologies des genres audiovisuels utilisées par l’archivage de l’INA. Pour autant, cela ne signifie pas qu’on ne puisse retrouver dans les millions d’heures produites par ou pour la télévision française un équivalent de ce genre littéraire, lui-même assez mal défini.
Dès les années 1950 fut mis en place un « banc d’essai » destiné à expérimenter de nouvelles formes. L’entreprise se continua ensuite dans les années 1960 et 1970 avec l’INA.

On définira l’essai comme ce genre qui travaille des frontières entre genre légitimes : réalité/fiction, documentaire/reportage, portrait/analyse, etc. L’essai télévisuel est une sorte de défi (cf. les dispositifs de Frapat et P. Schaeffer), qui s’essaye à adapter l’inadaptable ou à jouer sur le « langage » audiovisuel (cf. Prison, de Lapoujade). A titre d’exemple, on prendra comme objet d’analyse Gustave Flaubert (P. Dumayet, A. Dhenaut, 1974), qui fut qualifié d’« essai » par un article de Jacques Siclier dans Le Monde. Ce programme comporte de nombreux traits qui l’apparentent à l’acception littéraire du terme « essai » : un mélange subtil d’analyse, de mise en scène, de fiction, à partir de lettre et de fictions de Flaubert.

***

La première partie de notre séance sera réservée à l’intervention de Thibault Le Hégarat. Pour lire son travail sur le patrimoine et la télévision, vous pouvez découvrir ses recherches sur HAL. Vous pouvez aussi vous rendre sur son carnet de recherche, débuté lors de sa thèse, ainsi que sur  le site internet «Patrimathèque», qu’il a développé lors de son post-doctorat (2016 – 2017). Continuer la lecture de « Saison 2, séance n°3 : le 05 avril 2018 »

Saison 2 : séance n°2, le 08 mars 2018

Le jeudi 08 mars 2018, nous aurons la chance d’entendre  Marie Vanoost (FNRS / Université Catholique de Louvain-la-Neuve) pour une séance sur l’essai et le journalisme narratif. Nous vous invitons à nous retrouver en salle D005 à la FLSH de Limoges, de 16h à 19h. Vous trouverez ci-dessous un résumé de la communication de Marie Vanoost, ainsi qu’un corpus primaire (entièrement accessible en ligne).

Aux frontières du journalisme : essai et journalisme narratif

par Marie Vanoost

À première vue, l’essai trouve difficilement sa place parmi les genres, plus ou moins institués, du journalisme. S’il a des affinités avec l’éditorial, la chronique, le billet ou encore l’op-ed et la column dans la tradition anglo-américaine, il ne recouvre jamais parfaitement aucun de ces genres.
Lorsque l’on s’intéresse plus particulièrement aux formes narratives de journalisme, héritières – notamment – du New Journalism américain des années 1960-70, le rapport à l’essai peut sembler encore plus délicat, puisque Tom Wolfe écrit, dans le manifeste qui marque la naissance de ce mouvement : « This is the ancient and honorable type of essayist whose work differs from the New Journalism in the crucial matter of reporting. He has usually not done nearly enough reporting, nor the right type of reporting, to use the [fictional writing] devices the new genre depends on » (Wolfe 1974, 58).  Et pourtant, Wolfe associe à son nouveau mouvement une auteure comme Joan Didion dont certains articles, déjà à l’époque, peuvent clairement être appréhendés sur le mode de l’essai – révélant ainsi aussi une certaine connivence entre l’essai et le récit journalistique.
Aujourd’hui, cette relation complexe semble avoir été acceptée, sans pour autant être questionnée. Continuer la lecture de « Saison 2 : séance n°2, le 08 mars 2018 »

Saison 2 : séance n°1, le 25 janvier 2018

Affiche réalisée par Laurent Martial

Nous avons le plaisir de vous accueillir pour la première séance de cette nouvelle année du séminaire en salle D103 à la FLSH de Limoges, de 16h à 19h. Vous trouverez ci-dessous un résumé de la communication de Samuel Monsalve, qui aura pour répondant Vincent Ferré, ainsi qu’une bibliographie.

Territoires du complot dans la non-fiction médiatique contemporaine : d’un essai de cartographie à l’étude d’essais cartographiques.

Selon le théoricien et critique américain Fredric Jameson, l’ordre du monde contemporain pose avec une acuité particulière le problème de sa représentabilité, à l’heure où des bouleversements économiques et technologiques rendent les paramètres-cadres de l’action collective plus paradoxaux que jamais (spatialité, temporalité, agentivité, factualité). De quelle façon des textes relevant de la non-fiction médiatique se formulent-ils et s’appréhendent-ils à partir de l’espace ouvert par cette inquiétude ?

Continuer la lecture de « Saison 2 : séance n°1, le 25 janvier 2018 »

Séminaire à Limoges : programme 2017-2018

Lancement de la deuxième saison ! Comme cela a été discuté lors la dernière séance de bilan, en juin, on a cherché à favoriser les réflexions sur :

  • l’essai à, ou de, ou sur la télévision
  • le rapport de l’essai aux formes actuelles du journalisme
  • un sujet « médiatique » (dans le sens de « fort d’un grand succès », « de grande diffusion »)
  • une carte globale des nonfictions médiatiques

Comme en saison 1, au moins une séance est assurée par un doctorant, avec lequel un répondant extérieur viendra dialoguer.

Toutes les séances se tiennent à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Limoges. Entrée libre et gratuite.

jeudi 25 janvier 2018, 16h-19h, D103
Tentative de cartographie des nonfictions médiatiques
Samuel Monsalve, Université de Limoges
Répondant : Vincent Ferré, Université Paris-Est Créteil

jeudi 8 mars, 16h-19h, D005
Essai et Nouveau Journalisme
Marie Vanoost, FNRS / Université Catholique de Louvain-la-Neuve

jeudi 5 avril, 16h-19h, D005
Essais sur, de ou à la télévision
François Jost, Université Paris-3
Thibault Le Hégarat, Université Versailles Saint-Quentin
Sylvie Perineau-Lorenzo, Université de Limoges

jeudi 17 mai, 16h-19h, D005séance reportée au mercredi 20 juin (plus d’informations sous peu)
Essais sur le polar
Natacha Levet, Université de Limoges

Séance n°4 : premier bilan et programmation 2017-2018

La dernière séance de l’année 2016-2017 sera consacrée à un premier bilan et à la programmation du second cycle de ce séminaire.

Une séance sera réservée à la conférence d’Alexandra Saemmer, prévue le 4 mai et reportée, sur l’essai numérique.

D’ores et déjà, les pistes tracées par les séances sur le photo-essay (A. Stafford), l’essai filmique (S. Févry) et l’essai dessiné (M. Hureau) ont dégagé des problèmes variés:

  • hiérarchies culturelles : l’essai se lit-il en régime de grande consommation ? Les débats autour des films de Mélanie Laurent (Demain) et François Ruffin (Merci patron !) ont révélé des lignes de clivage. Faut-il en faire des marqueurs de généricité ?
  • thymique de l’essai : alors que la théorie du genre littéraire accorde la plus grande place à la subjectivité de l’essayiste, les conférenciers ont attiré notre attention sur les émotions de l’essai (filmique, photographique). Ce déplacement conceptuel engage-t-il une révision des cadres génériques de l’essai ? Permet-il de repenser son énonciation, ou sa réception en régime intermédial ?
  • rhétorique et épistémologie de l’essai : la séance sur l’essai dessiné a montré les recoupements entre la diffusion du savoir et l’appropriation de ce dernier à travers les frontières poreuses de deux collections de bandes dessinées non-fictionnelles (« Éprouvette » et « La Petite bédéthèque des savoirs »). Le genre de l’essai permet-il de penser cette frontière plus précisément ?
  • postures de l’essayiste (et sociabilités de groupes, de collections, de projets).
  • sémiotiques différenciées selon les médias (photo, film, dessin).

Les organisateurs tiendront tout particulièrement compte des avis des auditeurs des séances du cycle 2016-2017, mais aussi de toutes les personnes intéressées. La programmation du cycle 2017-2018 veut en effet arpenter très largement le sujet, avant que ce programme de recherche trouve sa conclusion lors d’un colloque international, à l’horizon 2018/2019.

Venez nombreux !

Séance n°3 : l’essai dessiné par Maxime Hureau

Affiche réalisée par Laurent Martial (imprimerie de la FLSH, Université de Limoges).

Premières lignes de l’essai dessiné :
étude comparée de deux collections contemporaines

Prenant acte de l’essor important de la bande dessinée non fictionnelle, cette troisième séance vise à questionner l’existence d’un essai dessiné, Continuer la lecture de « Séance n°3 : l’essai dessiné par Maxime Hureau »

Séance n°2 : L’essai filmique avec Sébastien Févry

Affiche essai filmiqueAffiche réalisée par Laurent Martial (imprimerie de la FLSH, Université de Limoges).

Quelles émotions pour l’essai filmique ? Entre mélancolie et espoir

Jusqu’à aujourd’hui, l’essai au cinéma a principalement été envisagé selon des perspectives historique ou théorique visant à saisir l’évolution du genre Continuer la lecture de « Séance n°2 : L’essai filmique avec Sébastien Févry »