Saison 2, séance n°3 : le 05 avril 2018

Intitulée « Essai/Télévision », cette séance n°3 nous permettra d’accueillir non pas un mais deux intervenants le jeudi 05 avril 2018.
Nous aurons le plaisir d’écouter d’abord Thibault Le Hégarat, chercheur associé à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et professeur d’histoire et géographie de l’Éducation nationale, puis François Jost, professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle.

Cette séance sera animée par notre collègue limougeaude Sylvie Périneau-Lorenzo. Nous vous convions donc à nous retrouver en salle B301 à l’ESPE de Limoges (209 bd de Vanteaux, à 5mn à pied de la faculté), de 16h à 19h. (Ce changement de lieu est dicté par le blocage de la FLSH.)

Vous trouverez ci-dessous un descriptif de la communication de François Jost, des liens pour lire Thibault Le Hégarat, ainsi qu’une présentation plus ample de nos deux invités.

Un essai de dissection du texte par les images et les sons

par François Jost

L’essai en tant que tel n’appartient pas aux typologies des genres audiovisuels utilisées par l’archivage de l’INA. Pour autant, cela ne signifie pas qu’on ne puisse retrouver dans les millions d’heures produites par ou pour la télévision française un équivalent de ce genre littéraire, lui-même assez mal défini.
Dès les années 1950 fut mis en place un « banc d’essai » destiné à expérimenter de nouvelles formes. L’entreprise se continua ensuite dans les années 1960 et 1970 avec l’INA.

On définira l’essai comme ce genre qui travaille des frontières entre genre légitimes : réalité/fiction, documentaire/reportage, portrait/analyse, etc. L’essai télévisuel est une sorte de défi (cf. les dispositifs de Frapat et P. Schaeffer), qui s’essaye à adapter l’inadaptable ou à jouer sur le « langage » audiovisuel (cf. Prison, de Lapoujade). A titre d’exemple, on prendra comme objet d’analyse Gustave Flaubert (P. Dumayet, A. Dhenaut, 1974), qui fut qualifié d’« essai » par un article de Jacques Siclier dans Le Monde. Ce programme comporte de nombreux traits qui l’apparentent à l’acception littéraire du terme « essai » : un mélange subtil d’analyse, de mise en scène, de fiction, à partir de lettre et de fictions de Flaubert.

***

La première partie de notre séance sera réservée à l’intervention de Thibault Le Hégarat. Pour lire son travail sur le patrimoine et la télévision, vous pouvez découvrir ses recherches sur HAL. Vous pouvez aussi vous rendre sur son carnet de recherche, débuté lors de sa thèse, ainsi que sur  le site internet «Patrimathèque», qu’il a développé lors de son post-doctorat (2016 – 2017). Continuer la lecture de « Saison 2, séance n°3 : le 05 avril 2018 »

Saison 2 : séance n°2, le 08 mars 2018

Le jeudi 08 mars 2018, nous aurons la chance d’entendre  Marie Vanoost (FNRS / Université Catholique de Louvain-la-Neuve) pour une séance sur l’essai et le journalisme narratif. Nous vous invitons à nous retrouver en salle D005 à la FLSH de Limoges, de 16h à 19h. Vous trouverez ci-dessous un résumé de la communication de Marie Vanoost, ainsi qu’un corpus primaire (entièrement accessible en ligne).

Aux frontières du journalisme : essai et journalisme narratif

par Marie Vanoost

À première vue, l’essai trouve difficilement sa place parmi les genres, plus ou moins institués, du journalisme. S’il a des affinités avec l’éditorial, la chronique, le billet ou encore l’op-ed et la column dans la tradition anglo-américaine, il ne recouvre jamais parfaitement aucun de ces genres.
Lorsque l’on s’intéresse plus particulièrement aux formes narratives de journalisme, héritières – notamment – du New Journalism américain des années 1960-70, le rapport à l’essai peut sembler encore plus délicat, puisque Tom Wolfe écrit, dans le manifeste qui marque la naissance de ce mouvement : « This is the ancient and honorable type of essayist whose work differs from the New Journalism in the crucial matter of reporting. He has usually not done nearly enough reporting, nor the right type of reporting, to use the [fictional writing] devices the new genre depends on » (Wolfe 1974, 58).  Et pourtant, Wolfe associe à son nouveau mouvement une auteure comme Joan Didion dont certains articles, déjà à l’époque, peuvent clairement être appréhendés sur le mode de l’essai – révélant ainsi aussi une certaine connivence entre l’essai et le récit journalistique.
Aujourd’hui, cette relation complexe semble avoir été acceptée, sans pour autant être questionnée. Continuer la lecture de « Saison 2 : séance n°2, le 08 mars 2018 »

Saison 2 : séance n°1, le 25 janvier 2018

Affiche réalisée par Laurent Martial

Nous avons le plaisir de vous accueillir pour la première séance de cette nouvelle année du séminaire en salle D103 à la FLSH de Limoges, de 16h à 19h. Vous trouverez ci-dessous un résumé de la communication de Samuel Monsalve, qui aura pour répondant Vincent Ferré, ainsi qu’une bibliographie.

Territoires du complot dans la non-fiction médiatique contemporaine : d’un essai de cartographie à l’étude d’essais cartographiques.

Selon le théoricien et critique américain Fredric Jameson, l’ordre du monde contemporain pose avec une acuité particulière le problème de sa représentabilité, à l’heure où des bouleversements économiques et technologiques rendent les paramètres-cadres de l’action collective plus paradoxaux que jamais (spatialité, temporalité, agentivité, factualité). De quelle façon des textes relevant de la non-fiction médiatique se formulent-ils et s’appréhendent-ils à partir de l’espace ouvert par cette inquiétude ?

Continuer la lecture de « Saison 2 : séance n°1, le 25 janvier 2018 »

Séminaire à Limoges : programme 2017-2018

Lancement de la deuxième saison ! Comme cela a été discuté lors la dernière séance de bilan, en juin, on a cherché à favoriser les réflexions sur :

  • l’essai à, ou de, ou sur la télévision
  • le rapport de l’essai aux formes actuelles du journalisme
  • un sujet « médiatique » (dans le sens de « fort d’un grand succès », « de grande diffusion »)
  • une carte globale des nonfictions médiatiques

Comme en saison 1, au moins une séance est assurée par un doctorant, avec lequel un répondant extérieur viendra dialoguer.

Toutes les séances se tiennent à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Limoges. Entrée libre et gratuite.

jeudi 25 janvier 2018, 16h-19h, D103
Tentative de cartographie des nonfictions médiatiques
Samuel Monsalve, Université de Limoges
Répondant : Vincent Ferré, Université Paris-Est Créteil

jeudi 8 mars, 16h-19h, D005
Essai et Nouveau Journalisme
Marie Vanoost, FNRS / Université Catholique de Louvain-la-Neuve

jeudi 5 avril, 16h-19h, D005
Essais sur, de ou à la télévision
François Jost, Université Paris-3
Thibault Le Hégarat, Université Versailles Saint-Quentin
Sylvie Perineau-Lorenzo, Université de Limoges

jeudi 17 mai, 16h-19h, D005
Essais sur le polar
Natacha Levet, Université de Limoges

Séance n°4 : premier bilan et programmation 2017-2018

La dernière séance de l’année 2016-2017 sera consacrée à un premier bilan et à la programmation du second cycle de ce séminaire.

Une séance sera réservée à la conférence d’Alexandra Saemmer, prévue le 4 mai et reportée, sur l’essai numérique.

D’ores et déjà, les pistes tracées par les séances sur le photo-essay (A. Stafford), l’essai filmique (S. Févry) et l’essai dessiné (M. Hureau) ont dégagé des problèmes variés:

  • hiérarchies culturelles : l’essai se lit-il en régime de grande consommation ? Les débats autour des films de Mélanie Laurent (Demain) et François Ruffin (Merci patron !) ont révélé des lignes de clivage. Faut-il en faire des marqueurs de généricité ?
  • thymique de l’essai : alors que la théorie du genre littéraire accorde la plus grande place à la subjectivité de l’essayiste, les conférenciers ont attiré notre attention sur les émotions de l’essai (filmique, photographique). Ce déplacement conceptuel engage-t-il une révision des cadres génériques de l’essai ? Permet-il de repenser son énonciation, ou sa réception en régime intermédial ?
  • rhétorique et épistémologie de l’essai : la séance sur l’essai dessiné a montré les recoupements entre la diffusion du savoir et l’appropriation de ce dernier à travers les frontières poreuses de deux collections de bandes dessinées non-fictionnelles (« Éprouvette » et « La Petite bédéthèque des savoirs »). Le genre de l’essai permet-il de penser cette frontière plus précisément ?
  • postures de l’essayiste (et sociabilités de groupes, de collections, de projets).
  • sémiotiques différenciées selon les médias (photo, film, dessin).

Les organisateurs tiendront tout particulièrement compte des avis des auditeurs des séances du cycle 2016-2017, mais aussi de toutes les personnes intéressées. La programmation du cycle 2017-2018 veut en effet arpenter très largement le sujet, avant que ce programme de recherche trouve sa conclusion lors d’un colloque international, à l’horizon 2018/2019.

Venez nombreux !

Séance n°3 : l’essai dessiné par Maxime Hureau

Affiche réalisée par Laurent Martial (imprimerie de la FLSH, Université de Limoges).

Premières lignes de l’essai dessiné :
étude comparée de deux collections contemporaines

Prenant acte de l’essor important de la bande dessinée non fictionnelle, cette troisième séance vise à questionner l’existence d’un essai dessiné, Continuer la lecture de « Séance n°3 : l’essai dessiné par Maxime Hureau »

Séance n°2 : L’essai filmique avec Sébastien Févry

Affiche essai filmiqueAffiche réalisée par Laurent Martial (imprimerie de la FLSH, Université de Limoges).

Quelles émotions pour l’essai filmique ? Entre mélancolie et espoir

Jusqu’à aujourd’hui, l’essai au cinéma a principalement été envisagé selon des perspectives historique ou théorique visant à saisir l’évolution du genre Continuer la lecture de « Séance n°2 : L’essai filmique avec Sébastien Févry »