Saison 2, séance n°3 : le 05 avril 2018

Intitulée « Essai/Télévision », cette séance n°3 nous permettra d’accueillir non pas un mais deux intervenants le jeudi 05 avril 2018.
Nous aurons le plaisir d’écouter d’abord Thibault Le Hégarat, chercheur associé à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et professeur d’histoire et géographie de l’Éducation nationale, puis François Jost, professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle.

Cette séance sera animée par notre collègue limougeaude Sylvie Périneau-Lorenzo. Nous vous convions donc à nous retrouver en salle B301 à l’ESPE de Limoges (209 bd de Vanteaux, à 5mn à pied de la faculté), de 16h à 19h. (Ce changement de lieu est dicté par le blocage de la FLSH.)

Vous trouverez ci-dessous un descriptif de la communication de François Jost, des liens pour lire Thibault Le Hégarat, ainsi qu’une présentation plus ample de nos deux invités.

Un essai de dissection du texte par les images et les sons

par François Jost

L’essai en tant que tel n’appartient pas aux typologies des genres audiovisuels utilisées par l’archivage de l’INA. Pour autant, cela ne signifie pas qu’on ne puisse retrouver dans les millions d’heures produites par ou pour la télévision française un équivalent de ce genre littéraire, lui-même assez mal défini.
Dès les années 1950 fut mis en place un « banc d’essai » destiné à expérimenter de nouvelles formes. L’entreprise se continua ensuite dans les années 1960 et 1970 avec l’INA.

On définira l’essai comme ce genre qui travaille des frontières entre genre légitimes : réalité/fiction, documentaire/reportage, portrait/analyse, etc. L’essai télévisuel est une sorte de défi (cf. les dispositifs de Frapat et P. Schaeffer), qui s’essaye à adapter l’inadaptable ou à jouer sur le « langage » audiovisuel (cf. Prison, de Lapoujade). A titre d’exemple, on prendra comme objet d’analyse Gustave Flaubert (P. Dumayet, A. Dhenaut, 1974), qui fut qualifié d’« essai » par un article de Jacques Siclier dans Le Monde. Ce programme comporte de nombreux traits qui l’apparentent à l’acception littéraire du terme « essai » : un mélange subtil d’analyse, de mise en scène, de fiction, à partir de lettre et de fictions de Flaubert.

***

La première partie de notre séance sera réservée à l’intervention de Thibault Le Hégarat. Pour lire son travail sur le patrimoine et la télévision, vous pouvez découvrir ses recherches sur HAL. Vous pouvez aussi vous rendre sur son carnet de recherche, débuté lors de sa thèse, ainsi que sur  le site internet «Patrimathèque», qu’il a développé lors de son post-doctorat (2016 – 2017).

***

François Jost est professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle Paris III, où il a créé le Centre d’Études sur l’Image et le Son Médiatiques (CEISME). Il est Professeur invité dans de nombreuses universités à travers le monde. Spécialiste de l’image, il a écrit ou dirigé plus d’une trentaine de livres sur le cinéma et la télévision et publié 150 articles. Il a contribué, ces dernières années, à développer en France les études théoriques sur la télévision, par la direction de numéros de revue, de colloques (Penser la télévision), la publication de livres, un blog (comprendrelatele.blog.lemonde.fr) et par de nombreuses interventions publiques.
Il est directeur de la revue Télévision, première revue francophone scientifique sur ce média publiée par CNRS éditions. Il dirige la collection A suivre consacrée aux séries télévisées chez Atlande.
Derniers ouvrages parus  en français : Le Culte du banal (CNRS éditions, 2007), Télé-réalité (ed. Cavalier bleu, 2009). Les Médias et nous (Bréal, 2010). De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ? (CNRS éditions, 2011), Sous le cinéma, la communication (Vrin), Les nouveaux méchants dans les séries (Bayard, 2015), Breaking Bad, Le Diable est dans les détails (Atlande, 2016), Pour une éthique des médias. Les images sont aussi des actes (ed. de L’aube, 2016). La Méchanceté en actes à l’ère numérique (CNRS éditions, 2018).

Scénariste et réalisateur, entre 1977 et 1987, il a écrit plusieurs programmes pour la télévision. Il a réalisé plusieurs films, dont l’un, La Mort du révolutionnaire, hallucinée, a reçu trois prix (Festival international du Jeune Cinéma, Hyères et Belfort, 1979). Il est aussi auteur d’un roman, Les Thermes de Stabies (MK Littérature, 1990).

Thibault Le Hégarat est docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines et à la Fondation des Sciences du Patrimoine.
Auteur d’une thèse titrée Télévision et patrimoine, des origines à la fin des années 1990 soutenue en 2015, sous la direction de Christian Delporte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *