Entre prescription et transmission : les podcasts féministes consacrés aux artistes

Chloé Conant-Ouaked (Université de Limoges, France)

Texte d’une communication prononcée au colloque en ligne « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer », 23 et 30 janvier 2021 / 6 février 2021, organisé par organisé par l’association Les Jaseuses, avec la participation de Sorbonne Université, Philomel / Initiatives Genre, et EFiGiEs (atelier Corps, Genre, Arts). Site web du colloque : https://lesjaseuses.hypotheses.org/2004.

Dans l’attente d’un travail d’arrimage théorique plus explicite, les propos qu’on va lire aspirent à se placer dans le sillage de la notion d’essai médiatique. Irène Langlet, dans la section de sa conclusion à L’Abeille et la balance intitulée « L’essai dans l’ère médiatique », pistait l’essayisme actuel dans des pratiques journalistiques, des productions féministes et postcoloniales, ainsi que dans les expressions et partages des réseaux sociaux. Gala Hernández López, chercheuse et réalisatrice, lauréate en 2024 du César du meilleur court-métrage documentaire pour le vertigineux La Mécanique des fluides, l’identifiait, dans son article pour le collectif L’Essai médiatique, au sein de l’infini produit de nos navigations numériques.

L’éditorialisation des podcasts est intimement liée aux technologies contemporaines, notamment numériques. Mais ces dernières n’empêchent nullement ces objets sonores de garder un pied dans le média radiophonique traditionnel, dont ils reprennent la matière sensible, mais aussi aussi les formats, le lien avec l’actualité, et la dimension de prescription culturelle. Leur imaginaire matériel (très contrasté) et leur imaginaire médiatique forment ainsi un composé qui reste à défricher en termes d’expression des idées.

Il y a en effet dans ce corpus, selon nous, un vivier d’essais en reconfiguration continue, arpentable selon des critères tangentant plus ou moins avec le genre originel (adoption d’un ethos critique voire d’une activité critique – au sujet d’artistes femmes dans le texte ci-après, liberté et expérimentation formelle, déploiement d’une érudition ad hoc fût-elle non-professionnelle). A chacun·e de tracer un itinéraire d’écoute dans cet ensemble, écoute souvent décrite comme intimiste au vu du matériel utilisé, mais qui se glisse dans nos quotidiens les plus nomades.

Tandis que certains podcasts retrouvent de l’essai sa dimension de profération personnelle, en particulier dans le cas des podcasts narratifs, dont la matière sonore peut se résumer à une voix unique, d’autres, adoptant la forme de l’entretien, voire de la conversation, font résonner une pensée chorale – voire, pour reprendre le titre de François Dumont, une pensée composée[1], s’élaborant à plusieurs, en cohérence en l’occurrence avec le projet collectif et les engagements féministes. La force du JE essayiste et son tropisme vers la distinction se reformuleraient alors en un NOUS politique sororal.

Introduction

L’offre de podcasts (ou balados, au Québec) s’est fortement accrue ces dernières années[2], à partir du début des années 2000, pour aboutir à la formation d’un champ expressif, créatif et journalistique dense. Cette structuration médiatique s’observe à travers la naissance de studios, la clarification des droits d’auteur, l’utilisation d’outils de mesure d’audience, la publication d’un rapport spécifique du ministère de la Culture[3], l’existence de festivals et de formations privées ou publiques, l’élaboration de modèles économiques impliquant ou non la publicité, une prise en compte dans la presse critique, et un outil de recherche Google dédié. Les podcasts (et l’on peut penser davantage aux podcasts dits « natifs » qu’aux réécoutes d’émissions de radio) deviennent un élément non négligeable des Industries Culturelles et Créatives.

Ils relèvent aussi bien de la tradition de la radio, de l’écriture littéraire, que des cultures numériques et des pratiques d’éditorialisation, et cette hybridité a son pendant dans les modes d’accessibilité (écoute en streaming, applications de téléchargement, chaines Youtube,). Un certain nombre d’entre eux porte également la marque de cette « culture de la convergence »[4] décrite (entre autres) par Henry Jenkins, comme le montre par exemple l’existence transmédia du podcast de Victoire Tuaillon Les Couilles sur la table, qui agglomère le podcast proprement dit, un univers graphique, la présence sur les réseaux sociaux, et également un livre. Ce processus de novellisation (si l’on peut employer le terme par analogie), dont le résultat se veut davantage qu’une simple retranscription, est issu d’une pré-vente sur un site de financement participatif, et a reçu le Prix de l’essai féministe Causette en 2020. La podcasteuse devenue autrice convient, dans un entretien, que « Cela a permis de donner une certaine légitimité au podcast »[5]. L’ancienne hiérarchie entre les arts s’est bel et bien réincarnée en une hiérarchie entre les médiums, et entre les supports. 

Mais si la production de podcasts se professionnalise, beaucoup de pratiques amateurs et indépendantes existent (la notion de « journalisme citoyen » peut être mobilisée, même si le champ journalistique présente une dissymétrie entre professionnels et amateurs bien plus forte). Nombre de podcasts gardent la trace de cette indépendance, produisant cette impression d’un média susceptible d’accueillir des contenus qui n’ont pas leur place dans le concert dominant. Alice Coffin, dans Le Génie lesbien, évoque ces « formes différentes de journalisme », et l’explique par une mise à l’écart originelle : « Cet évincement (…) explique la ruée des journalistes minoritaires et féministes vers les podcasts. »[6] Ce succès (à comparer à l’émergence des radios libres et des blogs) résonne avec l’hypothèse d’une 4ème vague féministe, dont l’un des critères est le rôle des sociabilités et des interactions numériques. Face au constat d’invisibilisation et de silenciation des femmes sont produits des podcasts que l’on peut qualifier de féministes. Qu’ils soient mixtes ou non-mixtes du point de vue des intervenantes et intervenants, leur ligne éditoriale s’attache à interroger la place au sens large des femmes (et des minorités de genre) dans une société patriarcale. Cette interrogation, fondée sur la communication des expériences et des expertises, se veut critique, voire argumentative et militante. Au-delà de la question de l’égalité des droits et de la valorisation de certains parcours individuels, les émissions que nous allons aborder analysent les normes de genre comme des constructions sociales, dans une approche inclusive. Une distinction est donc à poser entre « podcast féminin » et « podcast féministe », l’un n’impliquant pas l’autre : Femmes puissantes de Léa Salamé, par exemple, ne mobilise-t-il pas une notion ambiguë, celle de « puissance », critiquée par des féministes – par exemple Chloé Delaume[7] ? Et la question du type d’approche féministe peut également être à méditer : ainsi les podcasts de Marguerite Stern s’inscrivent-ils explicitement dans le féminisme « radical », attaché à une définition biologique de la catégorie « femme » et historiquement défenseur de l’abolition de la prostitution. Au peuple des femmes tend le micro à plusieurs jeunes féministes attaquant le « transactivisme », et Écoutez les survivantes diffuse les témoignages douloureux de « survivantes de la prostitution », cette ligne éditoriale exclusive reliant leur productrice aux prises de position TERF et SWERF[8]. Correspond en revanche à un féminisme critique, anti-essentialiste, visant à la déconstruction des normes, un podcast comme Les Couilles sur la table, dont l’objet est les masculinités contemporaines. Prenant pour terreau le constat de pratiques de « masculinité hégémonique »[9], et explorant ses alternatives, l’émission de Victoire Tuaillon pose le genre comme performatif, sortant le masculin de l’évidence du neutre universel, et s’inscrivant ainsi dans la même approche méthodologique qu’un certain nombre de féminismes contemporains.       

On ne peut en exclure, bien sûr, Les Couilles sur la table, dont l’objet est les masculinités contemporaines : on sait que sortir le masculin de l’évidence du neutre universel relève d’une approche féministe.

Le champ thématique des podcasts féministes est très vaste. Il existe des programmes, par exemple, consacrés à l’entrepreneuriat – impliquant la présence de femmes inspirantes, un discours d’encouragement au réseautage féminin et à la lutte contre l’autocensure. D’autres s’ancrent dans le registre du développement personnel ou du lifestyle, certains évoquent le sport (Conquérantes encourage les femmes à « prendre leur place »), les règles (La Menstruelle veut lutter contre un « tabou »), les normes physiques (Cher corps), les femmes qui voyagent (La Bougeotte), ou la notion de transmission (Mamie dans les orties, sur les grands-mères, qui se décrit comme « un brin féministe », ou Filles de lutte, qui pose la question de « l’éducation féministe »). Mais ce sont des podcasts faisant entendre ou évoquant, principalement ou occasionnellement, des artistes femmes qui nous intéresseront ici, nous inspirant des travaux autour des « constellations créatrices »[10].

S’y expriment et y sont identifiés des liens d’inspirations, d’influence, des occasions de comparaisons ou de prescription, et cette audibilité est source de visibilité. Comment, donc, ces artistes, qu’elles soient plasticiennes, écrivaines, musiciennes, se situent-elles et se citent-elles ? Quelle place occupe la référence à d’autres dans ces émissions, créant de la connaissance, du sens et de la valeur ? Comment ces dispositifs eux-mêmes, de façon performative et réflexive, forment-ils des réseaux qu’une communauté virtuelle est invitée à explorer ? Il est possible d’étudier les lignées d’artistes ou de chercheuses programmées dans ces podcasts, mais aussi les podcasteuses qui s’expriment à leur sujet, ces « femmes au mégaphone »[11] présentes dans le champ, journalistique et créatif à la fois, de la production sonore.

Nous faisons l’hypothèse que les deux strates de l’étude peuvent se répondre. Analyser l’emploi d’un média par des femmes et pour évoquer des femmes, c’est se questionner sur sa fonction et ses effets en termes d’empowerment et de visibilité, ce qui nécessitera tout d’abord un point sur le lien entre podcast et genre. Et opter pour une exploration du thème de l’art, c’est faire l’hypothèse que de nouveaux espaces de représentation peuvent contribuer à la diffusion d’un canon alternatif. Dans son article fondateur, Linda Nochlin se méfiait, suite à la question « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? », des réponses qui se présentaient sous forme de liste d’artistes oubliées. Elle y voyait le risque pour « toute féministe (…) d’être attirée par l’appât, puis de mordre à l’hameçon jusqu’à avaler la ligne et le plomb avec lui »[12], tandis qu’il fallait critiquer la notion même de canon. Mais peut-être la variété des lignes éditoriales et des procédés utilisés peut-elle au moins permettre une féminisation des corpus culturels, et la mobilisation d’un public particulièrement investi[13].      

La spécificité d’un rapport entre média et genre

Il est possible, comme l’illustre le rapport du Ministère de la Culture cité plus haut, de faire l’hypothèse d’une relativement bonne présence des femmes au sein de la production de podcasts dans un futur proche (une page y est consacrée : « 1.2.10. L’audio à la demande : une meilleure place faite aux femmes qu’à la radio ? »)[14]. Une présence féminine accrue dans un champ médiatique émergent n’est certes pas une garantie de traitement de nouveaux sujets[15], mais dans cette perspective, on peut rappeler quelques explications fréquemment données quant à cette potentielle évolution :

  • Au sein d’un univers moins régulé et moins uniformisé, des places s’ouvriraient pour les minorités de genre et les plus jeunes. A contrario, il est intéressant de constater l’échec relatif ou complet d’un certain nombre d’initiatives portées par des acteurs et actrices traditionnels des médias (on pense à l’ambitieuse plate-forme Majelan de Mathieu Gallet, qui n’a pas tiré profit de sa levée de fonds et s’est rabattu sur une offre modeste et payante, ou au studio BoxSons de Pascale Clark, qui a fermé en 2017 faute de rentabilité[16]).
  • Le podcast demeure un médium praticable de façon relativement artisanale, dans le cadre de la strate du web participative ou 2.0. Des possibilités de production horizontale existent, et avec elles peut exister un champ médiatique pour lequel le ticket d’entrée serait moins onéreux que pour d’autres productions.
  • La substance expressive des podcasts et le travail de scénarisation qu’ils impliquent fonctionneraient de façon compensatoire par rapport à la situation des femmes au quotidien, et dans les médias mainstream : on ne se situe pas dans le cadre d’un médium de l’image et de l’apparence, et l’association entre indépendance journalistique et moindre formatage exposerait moins au risque de se faire couper la parole (manterrupting). La dimension d’ « intimité »[17], liée aussi au mode d’écoute (qui peut se faire au casque), et qui implique la nature sonore de la voix, est fréquemment mentionnée comme structurante des socialisations féminines[18].
  • Du point de vue du public, on note que l’écoute des podcasts se révèle particulièrement compatible avec le quotidien de bien des femmes [19]. On pourrait aller jusqu’à supposer qu’ils relèvent des « cultures féminines », au sens que la chercheuse Delphine Chédaleux donne à ce terme[20], même si cela impliquerait de les faire apparaitre en bloc aux côtés des soaps operas, du roman sentimental et du nail art. Néanmoins, à ce stade, un tel fléchage genré, avec ce qu’il charrierait de stigmatisation, n’est pas démontré pas des études de réception à jour.   

La variété des podcasts, en termes de scénarisation et de formats, est grande, allant de la création sonore expérimentale à la duplication de genres radiophoniques traditionnels. Sont le plus fréquemment représentés des genres tels que l’entretien, la table ronde ou le documentaire (souvent dans une approche ouvertement subjective et fortement narrativisée). Nous n’aborderons pas un autre genre narratif, proche du documentaire, mais plus éloigné de notre sujet quoique très présent dans la production féminine et féministe : celui qui adopte les codes de l’autobiographie et de l’autofiction. On peut décrire la façon dont ces dispositifs connus, et pour le coup non-spécifiques, quand ils évoquent des créatrices, produisent un effet de partage de connaissances mais également de légitimation.

Des entretiens d’écrivains dans la presse, ou des portraits d’écrivains à la radio, Christophe Meurée et Guillaume Willem soulignent la dimension de « standard scénographique », d’ « espace  où l’exemplarité et la valeur d’archive dominent », ayant pour effet d’ « élaborer une figure de « classique contemporain » (…) » et d’ « intégrer un patrimoine littéraire en cours de construction »[21]. On peut citer La Poudre (produit par Lauren Bastide) ou Dans le genre (produit par Géraldine Sarratia), qui invitent en majorité des artistes ou des spécialistes de l’art. A côté des entretiens se déroulent parfois (souvent lors d’épisodes spéciaux ou hors-collection) de véritables tables rondes, dont le nombre d’intervenant·e·s excède les deux personnes, selon un dispositif incite à la volonté de co-construction de l’expertise.

Nombre de podcasts documentaires se présentent comme des récits biographiques. La biographie peut être considérée comme une forme légitimante, même si elle a son versant obscur : la mise en avant un peu ambiguë des thèmes de l’exceptionnalité et du statut de pionnière. On constate néanmoins que le premier degré n’est pas de mise, et qu’il peut y avoir intégration au récit biographique d’une analyse des effets d’invisibilisation. Ainsi Une autre histoire (présenté comme un programme de Louie Média qui « redonne aux femmes la place qu’on leur a ôtée ») consacre-t-il sa 1ère saison à Alice Guy : par ce récit, écrit par Yasmine Benkiran, et porté par les voix d’Aude Gogny-Goubert comme « fil rouge » et de Dominique Jacquet dans le rôle d’Alice Guy, une réalisatrice méconnue devient « première réalisatrice de fiction », avec l’appui scientifique crédité de l’historienne du groupe de recherche Mnémosyne Brigitte Rollet. La question de cet oubli pas innocent est évoquée, comme le montre le titre de l’épisode 6/6 : « Comment Alice Guy a été effacée de l’histoire du cinéma ». L’approche est explicitement celle des savoirs situés[22], dans leur sens le plus lapidaire de récit produit par un autre prisme : « La première saison vous raconte la naissance du cinéma à travers la figure d’Alice Guy ».

Un média, le podcast, est donc investi par des productrices (féminin de majorité) pour évoquer des créatrices. Elles peuvent faire appel à des formats traditionnellement prescriptifs (au sens de ce dispositif de médiation qu’est la prescription culturelle[23]) ou légitimants. On peut également observer de quelle manière des liens de fait se créent entre les différentes propositions.

Effets de programmation

L’écoute de podcasts est fortement délinéarisée, et la règle la plus fréquente est celle de la disponibilité illimitée des contenus. Pour chaque podcast, selon des procédés variés, les différentes émissions sont présentées sous forme de liste (cette énonciation éditoriale renvoyant à l’idée de collection, et possédant une efficience argumentative liée au nombre et à l’affichage d’une cohérence des choix de sujets). Les listes de thèmes, ou de personnages, ou d’invitées fonctionne comme un discours tabulaire, dont la dimension exploratoire permet de reconstituer des logiques. La sérialité est un fonctionnement massif de la création contemporaine, en particulier des cultures médiatiques et des productions populaires. Dans le champ du podcast, elle réfère à la périodicité de la presse, et peut être facteur d’engagement du public.

            Il est intéressant de repérer les créatrices évoquées ou invitées dans plusieurs podcasts, ce qui dessine des lignes transversales dans la verticalité de la programmation de chaque « grille ». Ainsi Alice Guy est-elle abordée aussi par Marie Bongars dans le 13ème épisode d’Une sacrée paire d’ovaires en tant que « 1ère personne qui a vraiment créé le cinéma ». Quant à l’autrice de bandes dessinées Pénélope Bagieu, on peut l’entendre dans La Poudre, dans Sois gentille, dis merci, fais un bisou (de Clémence Bodoc), ainsi que dans le podcast de Cheek Magazine Teen Spirit : l’actualité du discours promotionnel qui conditionne évidemment cette présence se fait entendre, mais tout comme le format biographique matrimonialisant incluait une réflexion sur la mise à l’écart historique, la publicité passe au second plan dans les échanges, au profit de considérations moins circonstancielles sur le statut de créatrice au féminin. On peut citer, au rang cette fois-ci des spécialistes de l’art, deux interventions d’Elisabeth Lebovici. L’effet produit est bien celui de la mise en avant de ses travaux, mais sans que ceux-ci soient séparés de questions personnelles, et toujours en lien avec l’importance des rencontres, des inspirations et des collaborations. Dans le podcast Dans le genre est abordé son parcours global. Dans Furies, proposé par la Queer Week en 2020, dont l’objet annoncé est de « queeriser la création artistique », en un format plus court et plus directement théorique, éléments (auto)biographiques et apport critiques sont mêlés tout de même : l’intime est assumé comme scientifique et politique, pour reprendre le nom d’une autre collection de podcasts, Intime et politique. La chercheuse, invitée à citer ses références, évoque David Halperin, José Esteban Muñoz, l’ouvrage Art and queer culture (dirigé par Catherine Lord et Richard Meyer), « ma copine Renate Lorenz », « une très grande historienne de l’art, Griselda Pollock », Zoe Leonard, Maggie Nelson, etc. Elle tient, à la fin de l’émission, à mettre en avant le rôle méthodologique essentiel des « collectifs-ves de lecture et de traduction ». Ces dynamiques de croisements, de variations, voire de répétition ont indéniablement un effet de visibilisation et de matrimonialisation de l’actualité artistique et de l’histoire de l’art. Le risque pourrait alors être, si sortie des marges il y a, de recréer des inégalités au sein d’une catégorie (« les artistes femmes » ou « les historiennes de l’art féministes ») qu’il serait naïf de considérer comme parfaitement unifiée ou dénuée de hiérarchies, comme nous y reviendrons. Mais à ce stade, ces effets de présence semblent plutôt donner l’occasion aux productrices et aux invitées de mettre en avant d’autres femmes et d’autres instances moins visibles, à l’instar d’Elisabeth Lebovici. En outre, ce possible effet pourrait être nuancé par la nature même du média, si l’on en croit David Christoffel, qui voit dans la délinéarisation et la « modularité » des podcasts l’occasion d’un quasi-désancrage des propos tenus : « le podcast modifie l’interpellation de l’auditeur, au sens où la modification du mode de distribution est aussi une modification de l’imaginaire de l’adresse. Il ne s’agit plus tellement de capter l’écoute de l’auditeur, mais d’exciter son acquisition de contenus. (…) le passage d’un programme de flux à une série de modules peut fonctionner comme un rappel du fait que rien ne nous oblige à quelque continuité thématique entre les modules. Nous pourrions même dire que tout nous encourage à discrétiser les catégories des intervenants, pourquoi pas même faire intervenir des voix sans souci de notoriété, sans référent d’expertise (contrairement aux réflexes rédactionnels conventionnels qui valorisent les intervenants célèbres ou reconnus sur le sujet évoqué). »[24]

La dimension sérielle du format permet également la mise en place de rituels. Les phrases d’ouverture et de clôture de La Poudre sont toujours les mêmes (« Allez en place, c’est la poudre », « Ça évoque quoi pour vous, la poudre ? ») et il est toujours fait mention du lieu de captation, une chambre d’hôtel. L’introduction de Lauren Bastide annonce une « conversation intime, profonde, avec des femmes artistes, activistes, politiques, des femmes inspirantes, des femmes puissantes, (…) contre quoi ont-elles résisté, que crient-elles, que rêvent-elles, que lisent-elles ? » Les références de chacune seront toujours abordées, souvent dans un registre subjectif pouvant laisser la place aux émotions, aux rires, voire aux larmes, y compris de l’animatrice. La sociabilité féminine stéréotypée du girl talk, qui connait davantage de représentations positives ces dernières années (séries télévisées, réseaux sociaux) est assumée[25], et peut évoquer (interactivité mise à part) le registre intimiste des « libres antennes » traditionnelles animées par des femmes. Ces rituels, qui sont autant de signaux de reconnaissance, soulignent la dimension de communauté, de lien qui unit les productrices, les intervenantes et le public. Conservant ces codes dans le contexte d’émissions consacrées aux artistes (et plus seulement à la vie privée), ils accréditent l’idée de la nécessité d’un espace médiatique et de médiation renouvelé dans ses registres pour parvenir à sortir les femmes des marges, au prisme du slogan selon lequel l’intime est politique.   

La figure de la répétition, qui peut être liée à un contexte promotionnel, ou à la volonté de créer l’adhésion, voire l’attachement, est mise au service dans ces émissions d’une affirmation à la fois scientifique et militante, qui est que l’on ne crée jamais à partir de rien, mais que cette évidence a une résonance spécifique pour les femmes.

Pratiques de citation

L’objectif de produire des connaissances sur la création des femmes, de la rendre visible et de la prescrire, génère dans ces formats une forte densité citationnelle (qui va souvent jusqu’à l’établissement d’une bibliographie, qui peut être mentionnée à la fin de l’émission et disponible sur un support associé – comme le site web).  Cette pratique, qui rejoint un consensus méthodologique, émerge tout autant comme un projet politique : donner ses sources, c’est à la fois parler de façon éclairée de la création, et se situer dans un ensemble pour sortir de l’isolement et de l’hapax, d’autant que même pour des femmes, citer d’autres femmes peut ne pas relever de l’évidence. Citer au sein d’une position minoritaire ne relèverait pas de la même pratique que citer de façon « neutre ».

Dans L’art et La Poudre #2 : A Beaubourg, capté sur place lors d’une « soirée sonore art et féminisme », les trois invitées sont Camille Morineau (cofondatrice d’AWARE et commissaire du célèbre accrochage Elles@centrepompidou), Fabienne Dumont (historienne de l’art) et Aïcha Snoussi (artiste). Seront citées dans l’émission, de façon très pédagogique, Mona Hatoum, Nikki de Saint-Phalle, Orlan, Annette Messager, Valie Export, Gina Pane, Marina Abramovic ou les Guerrilla Girls. Au moment de conclure, il leur est demandé de citer en hommage une artiste, ce qui est l’occasion d’entendre les noms de Kiki Smith, Frida Kahlo et Nil Yalter. Toujours dans La Poudre, lors de l’émission #48 avec Chloé Delaume, dans le contexte de la sortie de Mes bien chères sœurs, Lauren Bastide relie la notion de sororité défendue par l’autrice à ce qu’elle a voulu faire avec son podcast (une « team meufs »). Chloé Delaume met en avant dans l’émission sa lecture de Valérie Solanas, référence qu’elle redonnera quelques jours après, dans son passage dans le podcast Dans le genre (#44) : elle qualifie Scum manifesto de « lecture fondamentale » de ses 16 ans. Si l’on se tourne vers la musique, on retrouve les mêmes formats que pour la littérature ou les arts plastiques : des entretiens (avec programmation musicale de l’invitée, et l’on peut de nouveau citer Dans le genre, de Géraldine Sarratia, hébergé par Nova), des récits biographiques (Pionnières[26]), des tables rondes (le Centre Hubertine-Auclert consacre l’une de ses « causeries », les Podcasts d’Hubertine, qui convie plusieurs invitées autour de la culture, à la place des femmes dans la musique pop). Une spécificité du médium musical abordé en podcast est celui de la playlist : il s’agit alors d’enchainer les morceaux en fonction d’une intention précise. On peut citer l’émission « Le Chant des meutes » (disponible sur la webradio lyonnaise Radio Canut), qui propose en 58 minutes la « Playlist féministe de la Meute », annoncée comme suit : « Les louves hurlent à la lune dans cette nouvelle playlist du Chant des meutes, pour la liberté et contre l’hétéro patriarcat ! On avait envie de vous faire écouter une sélection de nos chansons féministes préférées. Une playlist pour entendre des voix qui donnent envie de pleurer, de rire ou de se battre. »

Il est intéressant de constater que ces pratiques de citation et d’affirmations de convergence existent aussi au niveau des podcasts eux-mêmes. On relève nombre d’exemples de crossovers et autres rencontres. Ainsi Victoire Tuaillon et Camille Regache reçoivent-elles ensemble Alice Coffin pour un épisode Les Couilles sur la table x Camille. Quant au « podcast de warriors » YESSS (porté par @Margaidq, @ZazeM et @anaisbourdet – de Paye ta schnek), il convie pour son épisode « Warriors dans l’art » Julie Beauzac, productrice de Vénus s’épilait-elle la chatte ? Les cas de « podcasteuses podcastées » se multiplient, démontrant l’installation désormais pérenne de ce support dans le champ médiatique, mais soulignant en l’occurrence l’importance de se reconnaitre mutuellement. YESSS propose ainsi un hors-série en public intitulé « Warriors du podcast francophone » avec pour invitées Douce Dibondo (de Extimité), Anouk Perry (productrice indépendante de podcasts très personnels) et Jennifer Padjemi (Réparer les violences, etc.). A noter, également, l’invitation d’Ovidie (Vivre sans sexualité, etc.) dans La Poudre, et de Victoire Tuaillon dans Dans le genre (n°55). Ainsi, en une sorte de « pollinisation croisée »[27], émerge une constellation de créatrices de podcasts aux lignes éditoriales variées mais comparables sur le fond, en même temps que le podcast est légitimé comme format de création à part entière. La question d’un entre-soi pourrait se poser. Mais citations et pratiques intertextuelles revêtent en contexte féminin une spécificité qui n’est pas formelle mais bien contextuelle, liée au projet d’élaboration progressive d’un système alternatif à un canon esthétique majoritairement masculin[28].   

La question du canon[29] et des hiérarchies

Un corpus partagé, fait de références incontournables, émerge au fur et à mesure des propos. Les noms de ces podcasts eux-mêmes peuvent relever d’un effet d’intertextualité. On pense par exemple à Thelma et Louise, qui emprunte son titre au film aux étonnantes résonances féministes de Ridley Scott, en plein backlash – entre autres hollywoodien (mais on peut rappeler que le film a été scénarisé par Callie Khouri). « Barbara l’érudite, Cha la féminazie ainsi que nos machos d’amour Matthieu & Théo », sur Radio Campus Paris, y « décryptent pour vous l’actualité à travers le prisme féministe, au côté d’un·e invité·e engagé·e pour la cause des femmes ». L’épisode consacré à la littérature rassemble Lola Lafon et Louise Chennevière, qui ne manquent pas de faire référence à Annie Ernaux, et de mentionner une filiation avec Une chambre à soi. C’est d’ailleurs cette référence à Virginia Woolf qui inspire à Charlotte Bienaimé le nom de son programme : Un podcast à soi. Woolf constitue également une référence constante de La Poudre, dont l’une des questions récurrentes est : « est-ce que vous avez accès à votre chambre à vous ? » Simone de Beauvoir est également l’objet d’allusions : au début du même podcast, Lauren Bastide demande à ses invitées : « comment sont-elles devenues femmes », question qui peut se préciser en : « Vous êtes née femme, ou vous l’êtes devenue ? » Un certain nombre d’autrices canoniques reviennent sans cesse dans les échanges, pour leur apport de notions théoriques en particulier (outre Beauvoir, Ernaux et Woolf, on entend souvent citer Despentes, en particulier pour King Kong Théorie).

Il s’agit également d’asseoir la présence dans le matrimoine artistique et culturel de créatrices « universellement connues », mais qui ne doivent pas échapper à une approche plus politique. La perspective genrée, vient alors redoubler le trait d’une évocation gender blind de leurs carrières. Ainsi Agnès Varda, célèbre photographe et cinéaste expérimentale, est-elle l’objet d’épisodes de deux podcasts féministes, Dans le genre et Une sacrée paire d’ovaires. La question est alors celle d’une visibilisation spécifique, alternative. Alors même que ces femmes sont évoquées partout, elles le sont aussi « ici », mais autrement. C’est l’occasion de relectures critiques de figures incontournables, comme par exemple celle de Frida Kahlo : l’épisode de Quoi de meuf (proposé par Clémentine Gallot) l’abordant s’intitule « Leave Frida alone ! », et celui de Vénus s’épilait-elle la chatte ? « Frida Kahlo au-delà du mythe ». Il s’agit d’analyser une forme d’appropriation, et de manifester la volonté de ne pas se satisfaire du statut d’artiste-culte devenue marque.

Certains échanges abordent explicitement le thème de la lignée. Lauren Bastide invite Christiane Taubira pour parler de Maya Angelou, envers qui elle se sent dans un rapport de « quasi-gémellité », et qu’elle qualifie d’« esprit qui m’éclaire » et de « phare ». La médiation est multiple : une femme invite une femme qui parle d’une autre femme (illustrant l’aspiration d’Alice Coffin à se confectionner une « cotte de femmes »). Une lign·é·e est tracée, et communiquée dans le cadre d’une scénographie intimiste. Une extension du podcast s’intitule « La Poudre lit » : une liste de trois ouvrages est associée à chaque épisode (avec achat possible par un groupement de libraires indépendants, le projet féministe déclarant rejoindre un projet économique équitable).

Au rebours d’un canon surplombant il s’agit, de nouveau, d’entendre comment les lectures (et autres pratiques culturelles) ont infusé, disséminé en chacune. C’est ce que montre la formule du Book Club d’Agathe le Taillandier, sur Louie Média, qui aide à « renouveler votre bibliothèque », et fait allusion à la pratique amateur très féminine du club ou cercle de lecture.  Des femmes anonymes peuvent aussi être impliquées, via une interactivité présente par exemple dans la rubrique « Victoire répond à vos questions », ou au recours au procédé du micro-trottoir : le podcast Dégenré-e, émission de Radio Campus Grenoble, propose en décembre 2020 un « femmage » à Anne Sylvestre sous forme de reportage-interviews au cœur d’une manifestation pour les droits sociaux.

Il s’agit donc de bâtir un système de références de façon spécifique, y compris par une mise en lumière (encore relativement modeste) de la question intersectionnelle. La question de la race se pose car, Victoire Tuaillon et Charlotte Pudlowski, podcasteuses bénéficiant d’une certaine visibilité, en conviennent, « les gros podcasts féministes actuels » sont produits par « des blanches CSP+ »[30]. Chloé Delaume, en tant qu’écrivaine invitée dans La Poudre, contextualise ses propos à l’aune de son statut : celle d’une « cis blanche tranquille le chat ». Les Couilles sur la table peut proposer un épisode sur les masculinités noires, mais existent aussi des productions créées par les personnes concernées (Kiffe ta race, Exhale, Noir sur table…)[31]. Ainsi The Womanist, créé par « Daphné, Laéthycia et Louisa », des femmes noires installées à New York, aborde-t-il frontalement quoique sur un ton très léger des thèmes de société. Un épisode est consacré à la création, « EPISODE 16 : Femme, noire et artiste dans l’industrie musicale en France – Invitée : Doris ». L’artiste y met en parallèle la recherche de ses ancêtres au sens propre du terme avec son désir de sororité entre noires qui se reflète dans sa musique, par exemple dans son duo avec Laaerial pour « Libre », dans son EP L’Enfant Noire. Quand l’animatrice lance cet appel : « créez vos propres plateformes, créez vos propres récompenses, récompensez vos propres amis », la chanteuse ajoute qu’elle souhaiterait « plus de diversité, plus d’entraide peut-être entre les différents artistes, parce que l’union fait la force ; le fait par exemple que vous ayez un podcast et que vous m’invitiez, moi, si jamais j’arrive à avoir de la lumière, j’aimerais porter d’autres artistes, vraiment créer une chaine solidaire, se tirer vers le haut ».

Conclusion

On a parlé de peak TV pour qualifier ce moment du milieu des années 2010 qui a vu s’accroitre de façon accélérée le nombre de productions sérielles à la télévision, dans le contexte médiatiquement fragmenté des chaines câblées et de la VOD. Il semblerait que la rencontre entre la radio et le numérique ait produit un mouvement comparable, lui aussi formalisé de façon sérielle. Les podcasts s’affirmant comme féministes ont trouvé leur place dans cet ensemble, avec une ligne éditoriale cumulant information, critique et prescription, et objectivent l’existence d’un réseau de références communes. Une « communauté épistémique » se constitue. Chercheuses et artistes d’une part, médiatrices-podcasteuses de l’autre, manifestent, de façon systématique et que l’on ne peut que lier à leur condition, une volonté de s’inscrire dans des lignées, des solidarités. Le support joue alors son rôle traditionnel, si on le rapporte à celui de la radio, « média le plus répandu dans le monde (…) le plus accessible », de pourvoyeur d’émissions qui peuvent être des « instruments du changement social et politique »[32].

Bibliographie

ACHIN Catherine et PAOLETTI Paoletti. 2002. « Le « salto » du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 » Politix, vol. 15, n°60, Quatrième trimestre, La Parité en pratiques, sous la direction de Eric Fassin et Christine Guionnet : 33-54.

CHEVAL Jean-Jacques Cheval. 2006. « La Radio, un média démocratique ? Une mise en perspective française et internationale » Recherches en communication n°26 : 13-31.

CHRISTOFFEL David. 2017. « Utopies délinéaires. Illusions économiques et potentiels poétiques de la radio en interface » RadioMorphoses 2 : http://journals.openedition.org/radiomorphoses/1318

COFFIN Alice. 2020. Le Génie lesbien. Grasset.

COHEN Évelyne. 2019. « La baladodiffusion : de la réécoute à la création sonore de podcasts » Sociétés & Représentations 2/N° 48 : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2019-2-page-159.htm

CONNELL Raewyn. 2014. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie. Trad. de l’anglais par Claire Richard, Clémence Garrot, Florian Voros, Marion Duval et Maxime Cervulle. Amsterdam.

Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins/queer. 2022. GLAD ! N°12 : https://journals.openedition.org/glad/3723

FILY Albane. 2019. La Conception des podcasts natifs : entre contrainte technique et nouvel imaginaire médiatique. Master en Sciences de l’information et de la communication. Sorbonne Université : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02883854/document

FONQUERNE Leslie et WALIN Marie. 2018. Savoirs situés et savoirs sur le corps : introduction, atelier d’Efigies – Association des jeunes chercheur-euse-s en études féministes, genre et sexualités : https://efigies-ateliers.hypotheses.org/2433

HURARD François et PHOYU-YEDID Nicole. 2020. L’Ecosystème de l’audio à la demande (« podcast ») : enjeux de souveraineté, de régulation et de soutien à la création audionumérique, Rapport IGAC : https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/L-ecosysteme-de-l-audio-a-la-demande-podcasts-enjeux-de-souverainete-de-regulation-et-de-soutien-a-la-creation-audionumerique

Les Jaseuses. 2021. Constellations créatrices, questions de stratégies et d’outils – faire avec et contre les canons [billet] : https://lesjaseuses.hypotheses.org/3017

JENKINS Henry. 2013 [2006]. La Culture de la convergence. Des médias au transmédia. Trad. de l’anglais par Christophe Jaquet. Armand Colin/Ina Éd.

MARLIER Fanny. 2020. « “Faire entendre des voix qui n’ont pas été entendues”, entretien avec Victoire Tuaillon et Charlotte Pudlowski ». Les Inrockuptibles n°1298 du 14 octobre 2020 : 22-25.

MEADEL Cécile et MUSIANI Francesca. 2013. « La (dé-)synchronisation par le public. Un nouveau format radiophonique » Les Enjeux de l’information et de la communication n° 14 : 123-133.

MEUREE Christophe et WILLEM Guillaume. 2016. « Les figures qui s’imposent. Le Grand Entretien dans le Magazine littéraire ». Critique et médium, dirigé par Ivanne Rialland. CNRS Editions.

MEYER Suzel. 2022. « La constellation comme pratique créatrice chez Virginia Woolf et Annie Ernaux » GLAD!, 12 : http://journals.openedition.org/glad/4977

MOREL Anne. 2021. L’Editorialisation par Binge Audio de ses podcasts sur le genre : des rendez-vous réguliers à la valorisation des collections. Master MEEF EMI. Université Toulouse-Jean-Jaurès :  https://dante.univ-tlse2.fr/s/fr/item/13587 [accès restreint, copie sur demande]         

NOCHLIN Linda. 2021 [1971]. « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? ». Trad. de l’anglais par Margot Rietsch. Thames and Hudson.

REUNGOAT Léna. 2022. Les Podcasts politiques natifs donnant la parole aux femmes : des espaces médiatiques pour repenser les rôles de genre en politique. Master de journalisme. Université Paris-Panthéon-Assas : https://docassas.u-paris2.fr/nuxeo/site/esupversions/d9eb48c6-4e35-4702-a343-7d0f67391835?inline)

VOLCLER Juliette. 2018. « Il était une fois le podcast. 1 : faire table rase ? Pour une histoire culturelle du podcast » Syntone : http://syntone.fr/il-etait-une-fois-le-podcast-1-faire-table-rase/

VRIKKI Photini et MALIK Sarita. 2019. « Voicing lived-experience and anti-racism: podcasting as a space at the margins for subaltern counterpublics » Popular Communication 17:4 : 273-287.

WATTECAMPS Mathilde. 2018. Le privé est politique. Le podcast natif comme véhicule de discours engagés. Master en Sciences de l’information et de la communication. Sorbonne Université : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03115137v1/file/WATTECAMPS%20Mathilde_DUMAS.pdf

WIART Louis. 2017. La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique. Presses de l’enssib : http://books.openedition.org/pressesenssib/6771

 

 

Podcasts cités :

Au peuple des femmes, Marguerite Stern, 2022, autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.margueritestern.com/podcasts-feministes

Le Book Club, Agathe Le Taillandier, 2019- , Louie Media, dernière consultation le 20-05-2023, https://louiemedia.com/le-book-club

Camille, Camille Regache, 2019-2021, Binge Audio, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.binge.audio/podcast/camille

Le Chant des meutes, anonyme, 2018, Radio Canut, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://radiocanut.org/emissions/le-chant-des-meutes/?debut_podcasts_new=6#pagination_podcasts_new

Conquérantes, sans autrice, 2019-2021, Madmoizelle, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.madmoizelle.com/podcast/conquerantes

Les Couilles sur la table, Victoire Tuaillon, 2017- , Binge Audio, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.binge.audio/podcast/les-couilles-sur-la-table

Dans le genre, Géraldine Sarratia, 2016-2020, Nova, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.nova.fr/podcasts/dans-le-genre/

Ecoutez les survivantes, Marguerite Stern, 2021, autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.margueritestern.com/podcasts-feministes

Exhale, Marty et Adama, 2017-2018, Atoubaa, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur :  https://www.atoubaa.com/exhale-podcasts

Extimité, Douce Dibondo et Anthony Vincent, 2018-2022, autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://feeds.acast.com/public/shows/dd4dc14f-83bb-4d1f-944f-21675a30c451

Femmes puissantes, Léa Salamé, 2019-2021, France Inter, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/femmes-puissantes

Filles de lutte, Ilham Maad et Merry Royer, 2020, Spotify/Louie Media, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://open.spotify.com/show/0bNzlKjTnxfyu54gU4Nh3J

Furies, anonymes, 2020, production Queer Week, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/furies/id1495291700

Le Goût de M, Géraldine Sarratia, 2019- , M Le Magazine du Monde, dernière consultation le 20-05-2023,  disponible sur : https://www.lemonde.fr/le-gout-de-m/

Kiffe ta race, Rokhaya Diallo et Grace Ly, 2018- , Binge Audio, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.binge.audio/podcast/kiffetarace

Mamie dans les orties, Marion de Boüard et Héloïse Pierre, 2019- , autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.radio.fr/podcast/mamie-dans-les-orties

La Menstruelle, Fanny, Julie, Karen, Lisa et Selma, 2018-2022, Podcut, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://podcast.ausha.co/la-menstruelle

Noir sur table, Stephan Soumah, 2017-2018, Sum Sum Production, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://soundcloud.com/stephan-soumah

Pionnières, Clémentine Spiller, 2019-2020, Nova, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.nova.fr/podcasts/pionnieres/

Les podcasts d’Hubertine, Anaïs de Muret, Centre Hubertine-Auclert/Région IDF, indisponible, descriptif accessible sur : https://open.spotify.com/show/0qljeJouxIZRDsgv5CFTCt

La Poudre, Lauren Bastide, 2016- , Nouvelles Ecoutes puis Spotify depuis 2021, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://open.spotify.com/show/1WgrGarkpE3efj57f8uvzo

Quoi de meuf, Clémentine Gallot, 2017-2022, Nouvelles Ecoutes, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://soundcloud.com/nouvelles-ecoutes/sets/quoi-de-meuf

Quouïr, Rozenn Le Carboulec, 2018-2021, Nouvelles Ecoutes, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://nouvellesecoutes.fr/podcast/quouir/

Réparer les violences, Jennifer Padjemi, 2021, La Maison des femmes/HRCLS, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.radio.fr/podcast/reparer-les-violences

Sois gentille, dis merci, fais un bisou, Clémence Bodoc, 2017-2018, Madmoizelle, épisodes indisponibles dans leur ensemble, épisode avec Pénélope Bagieu disponible sur Youtube, dernière consultation le 20-05-2023 : https://www.youtube.com/@soisgentilledismercifaisun6610/about

Teen Spirit, anonymes, s.d., Groupe Combat-Cheek Magazine, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur :  https://www.youtube.com/@soisgentilledismercifaisun6610/about

Thelma et Louise, Marine Gibert et Lucie Spindler, 2016-2022, Radio Campus Paris, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.radiocampusparis.org/emission-category/thelma-et-louise/

Une autre histoire, Yasmine Benkiran, 2019, Louie Media, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://louiemedia.com/une-autre-histoire

Un podcast à soi, Charlotte Bienaimé, 2017- , dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur :  Arte Radio, https://www.arteradio.com/emission/un_podcast_soi/1092

Une sacrée paire d’ovaires, Marie Bongars, 2019- , autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://art19.com/shows/une-sacree-paire-d-ovaires

Vivre sans sexualité, Ovidie, 2021, France Culture, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.radiofrance.fr/franceculture/lsd-la-serie-documentaire-sur-vivre-sans-sexe-du-12-au-15-avril-sur-france-culture-2161159

Vénus s’épilait-elle la chatte ?, Julie Beauzac, 2019- , autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://www.venuslepodcast.com/

The Womanist, Louisa Adj et Laéthycia Judy, 2017-2020, autoproduction, deux épisodes restant disponibles le 20-05-2023 : https://soundcloud.com/thewomanistpodcast

YESSS, @ZazeM , @Margaidq et @ZinaMebkhout, 2018- , autoproduction, dernière consultation le 20-05-2023, disponible sur : https://yessspodcast.fr/

[1] Dumont François (dir.), La Pensée composée : formes du recueil et constitution de l’essai québécois, Québec : Nota bene, 1999.

[2] Sur l’histoire du podcast, et en particulier, pour la France, le rôle de précurseur d’Arte Radio, cf. Évelyne Cohen, « La baladodiffusion : de la réécoute à la création sonore de podcasts », Sociétés & Représentations, 2019/2 (N° 48), p. 159-167. URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2019-2-page-159.htm. La revue Syntone est citée dans l’article, et constitue de fait une source incontournable : cf. Juliette Volcler, « Il était une fois le podcast. 1 : faire table rase ? Pour une histoire culturelle du podcast », Syntone.fr, 26 juin 2018. URL : http://syntone.fr/il-etait-une-fois-le-podcast-1-faire-table-rase/.

[3] François Hurard et Nicole Phoyu-Yedid, L’Ecosystème de l’audio à la demande (« podcast ») : enjeux de souveraineté, de régulation et de soutien à la création audionumérique, Rapport IGAC, 19 novembre 2020. URL : https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/L-ecosysteme-de-l-audio-a-la-demande-podcasts-enjeux-de-souverainete-de-regulation-et-de-soutien-a-la-creation-audionumerique.

[4] Henry Jenkins, La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’anglais par Christophe Jaquet, Paris, A. Colin/Ina Éd., coll. Médiacultures, 2013 [2006].

[5] « Faire entendre des voix qui n’ont pas été entendues », entretien de Fanny Marlier avec Victoire Tuaillon et Charlotte Pudlowski, Les Inrockuptibles, n°1298 du 14 octobre 2020, p.22-25, p.25. 

[6] Alice Coffin, Le Génie lesbien, Paris, Grasset, 2020, p.59-60.

[7] L’autrice affirme : « je ne crois pas à l’histoire des femmes puissantes. Je ne crois pas que ce soit un bon outil d’empowerment. » (« Chloé Delaume : « La lutte féministe est la seule chose qui fait que je suis bien dans mon époque » », podcast Le goût de M, 19 février 2021, M le magazine du Monde). Voir également sa chronique « Au Lance-flammes » (Causette, janvier 2021), annoncée comme suit : « Chloé Delaume : Pour en finir avec la mauvaise utilisation de l’expression « femmes puissantes » », dans laquelle elle affirme qu’il s’agit d’un terme « que le camp d’en face récupère à son profit ».

[8] Trans Exclusionary Radical Feminist et Sex Workers Exclusionary Feminist. Pour les questions de definitions et de lexique, on peut renvoyer à la ressource en ligne du collectif des Jaseuses : https://lesjaseuses.hypotheses.org/lexique-evolutif-des-jaseuses

[9] Cf. la traduction partielle (mais largement mise en perspective par les sociologues Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux) des travaux de la sociologue australienne Raewyn Connell : Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, traduit de l’anglais par Claire Richard, Clémence Garrot, Florian Voros, Marion Duval et Maxime Cervulle, Paris, Amsterdam éditions, 2014.

[10] Nous renvoyons à la notion élaborée par le collectif de recherche Les Jaseuses, à l’occasion entre autres du colloque de 2021 Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer. Cf. GLAD!, 12 | 2022, « Constellations créatrices ». URL : https://journals.openedition.org/glad/3723

[11] Pour reprendre un titre de la revue en ligne Syntone – Actualité et critique de l’art radiophonique, qui dans son numéro de 2015 recense des initiatives de recensement de telles productions (Radiorageuses, Women in Podcasting, Bitch Media, etc.)

[12] Linda Nochlin, « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? » [1971], traduit de l’anglais par Margot Rietsch, Londres, Thames and Hudson, 2021, p.24.

[13] Sur cette question, que nous n’aborderons pas ici, de l’efficacité spécifique des podcasts engagés, cf. Cécile Méadel et Francesca Musiani, « La (dé-)synchronisation par le public. Un nouveau format radiophonique », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2013/2 (n° 14/2), p. 123-133. Les autrices y pointent, dès 2013, la forte « autonomie » d’un auditorat pouvant se constituer « un flux propre à chaque personne », comparable à un « juke-box ». Mathilde Wattecamps, pour sa part, évoque l’outil du « taux d’engagement » (fondé sur les interactions en ligne) pour évaluer le retentissement d’un média de « niche », à partir des exemples de La Poudre et des Couilles sur la table (Le privé est politique. Le podcast natif comme véhicule de discours engagés, soutenu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’information et de la communication de Sorbonne Université en 2018. URL : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03115137v1/file/WATTECAMPS%20Mathilde_DUMAS.pdf.  

[14] Ce rapport du Ministère de la Culture de 2020 rappelle une enquête du CSA de 2019, évaluant à 31% le « temps de parole » des femmes à la radio, pour 41% de « taux de présence » dans le même média, pointant non seulement une absence de parité, mais également un déficit cumulatif d’expression orale. Ce passage du rapport ne propose pas, à l’appui de son hypothèse, de nouvelles statistiques intégrant l’accroissement de l’offre en podcasts natifs, mais cite Lauren Bastide, créatrice de La Poudre, affirmant que le média est propre à « mettre en valeur la voix des femmes », et propose une liste empirique d’une vingtaine de noms de productrices. Pour le même constat, sur cette question, et pour une étude largement contextualisée de l’exemple du studio Binge Audio, cf. Anne Morel, L’Editorialisation par Binge Audio de ses podcasts sur le genre : des rendez-vous réguliers à la valorisation des collections, mémoire de Master MEEF EMI soutenu à l’Université de Toulouse – Jean-Jaurès, 2021. URL : https://dante.univ-tlse2.fr/s/fr/item/13587 [accès restreint, copie sur demande], p.29-30.         

[15] Davantage de femmes ne signifie pas non plus automatiquement une organisation du travail parfaite : on peut renvoyer à l’enquête contradictoire publiée par Télérama en 2021 au sujet de Louie Media (https://www.telerama.fr/radio/derriere-la-belle-vitrine-louie-media-un-management-qui-fait-des-degats-6923448.php).

[16] Sur ces deux situations, dont la presse généraliste et professionnelle s’est largement fait l’écho, cf. l’article d’Evelyne Cohen, op.cit, pour l’exemple de Pascale Clark, et pour l’exemple de Mathieu Gallet, le mémoire de Master en SIC d’Albane Fily (La Conception des podcasts natifs : entre contrainte technique et nouvel imaginaire médiatique, soutenu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’information et de la communication de Sorbonne Université en 2019. URL : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02883854/document). Elle y file à son sujet la métaphore du « Netflix du podcast ».   

[17] Sur ce que peut charrier le son, à la fois en termes d’intimité (voire d’« eavesdropping », ou écoute clandestine), et de rééquilibrage des tendances scopophiles de bien des productions médiatiques (« visual-philic tendencies »), voir : Julia Hoydis, « Introduction: New Waves – Feminism, Gender, and Podcast Studies », Gender Forum. An Internet Journal For Gender Studies, Issue 77/2020, URL : http://genderforum.org/wp-content/uploads/2021/04/092020_New-Waves_COMPLETE.pdf     

[18] Ces hypothèses, pour intuitives qu’elles puissent sembler à ce stade, alors même que des chiffres sur le nombre de femmes écoutant des podcasts comparé à celui des hommes manquent encore, n’en sont pas moins avancées dans plusieurs études, comme par exemple celle de Léna Reungoat, dans son mémoire de Master de journalisme : Les Podcasts politiques natifs donnant la parole aux femmes : des espaces médiatiques pour repenser les rôles de genre en politique (soutenu en 2022 à l’Université Paris-Panthéon-Assas. URL : https://docassas.u-paris2.fr/nuxeo/site/esupversions/d9eb48c6-4e35-4702-a343-7d0f67391835?inline).  Elle y détaille la production de ses objets (en particulier en termes de mixité ou non-mixité) à la lumière de la notion de safe space (p.42-55).

[19] Matilde Meslin, journaliste spécialisée en podcasts, tweete le 8 janvier 2021 : « J’ai tellement envie d’intégrer une petite phrase dans toutes mes critiques pour dire dans quelles conditions j’ai écouté le podcast. « Pile le temps qu’il faut pour faire ses courses » ou « J’ai raté ma tarte aux pommes parce que le/la host gueule sans cesse », par exemple. » Victoire Tuaillon, lors d’un entretien avec deux chercheuses, décrit le même type de scène, racontant une expérience de vie en communauté : « En travaillant de mes mains, au potager, à la cuisine ou avec les chèvres, j’ai aussi pu écouter beaucoup de podcasts de Radio France et Arte Radio, alors ça m’a préparée pour la suite » (Annabelle Allouch et Caroline Muller, « Mettre Les Couilles sur la Table. A l’écoute d’un podcast sur les masculinités. Entretien avec Victoire Tuaillon », Le Temps des médias, 2021/1, n°36).

[20] Delphine Chédaleux, « Cultures féminines et féminisme », La Vie des idées, 30 juin 2020. URL : https://laviedesidees.fr/Cultures-feminines-et-feminisme.html

[21] Christophe Meurée et Guillaume Willem, « Les figures qui s’imposent. Le Grand Entretien dans le Magazine littéraire », in Critique et médium, dirigé par Ivanne Rialland, Paris, CNRS Editions, 2016.

[22] A partir des années 80, des chercheuses comme Sandra Harding et Donna Haraway réfutent l’idée d’une production des savoirs neutre et fondent une épistémologie féministe des sciences, ancrée dans les points de vue et les situations vécues. Pour une introduction à la question et à leurs travaux : Leslie Fonquerne et Marie Walin, Savoirs situés et savoirs sur le corps : introduction, atelier d’Efigies – Association des jeunes chercheur-euse-s en études féministes, genre et sexualités, 2018. URL : https://efigies-ateliers.hypotheses.org/2433.   

[23] La notion de prescription implique une interaction asymétrique, qui consiste en la suggestion implicite ou explicite d’un comportement. Elle a pu être étudiée dans le domaine culturel, où elle croise jugements esthétiques et implications économiques. Les émissions consacrées à l’actualité artistique ou les articles de critiques de livres, par exemple, produisent des recommandations (pouvant déboucher sur un achat) liées à la valeur attribuée aux œuvres. Sur cette question, cf. Louis Wiart, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Presses de l’enssib, 2017. URL : http://books.openedition.org/pressesenssib/6771. Un certain nombre de remarques émises au sujet des réseaux sociaux peuvent faire écho à la posture relativement dé-hiérarchisée des productrices de podcasts vis-à-vis de leur public.

[24] David Christoffel, « Utopies délinéaires. Illusions économiques et potentiels poétiques de la radio en interface », RadioMorphoses, 2 | 2017. URL: http://journals.openedition.org/radiomorphoses/1318.

[25] Sur cette question de l’intérêt et des limites de la réappropriation des stéréotypes, on peut renvoyer de nouveau au mémoire de Léna Reungoat sur les podcasts politiques donnant la parole aux femmes (cf. note 16, p.56 à 72). Elle identifie un possible point de bascule entre le sujet même de l’intimité et celui de la politique, en particulier dans les genres du portrait, du récit de vie, mais également de l’entretien, Elle se réfère alors à la notion de « salto du stigmate » (Catherine Achin et Marion Paoletti, « Le « salto » du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 », Politix, vol. 15, n°60, Quatrième trimestre 2002. La Parité en pratiques, sous la direction de Eric Fassin et Christine Guionnet. p. 33-54) : si, dans un premier temps, se réapproprier un stéréotype de genre peut être valorisant, par la suite, en l’absence de contradiction portée envers la représentation traditionnelle, la position d’altérité est confirmée.     

[26] Présenté comme suit : « Pionnières est une galerie de portraits de femmes qui ont façonné la musique. Parfois reconnues, parfois méconnues, parfois oubliées, elles ont été à l’origine de mouvements, de labels, d’albums, de festivals, de collectifs, d’instruments ou de technologies musicales. Retour sur leurs traces chaque semaine avec Clémentine Spiler. »

[27] Cette métaphore biologisante issue du marketing n’est pas utilisée au hasard, car il peut être question de publicité : au début d’Une sacrée paire d’ovaires (n°13), on a pu entendre une recommandation de Quouïr (proposé par Nouvelles écoutes).

[28] Sur cette question d’une pratique féministe de la citation, conduisant à la révélation d’un matrimoine et à une écriture relevant de « l’histoirE » (ou « herstory »), voir Suzel Meyer, « La constellation comme pratique créatrice chez Virginia Woolf et Annie Ernaux », GLAD!, 12 | 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4977

[29] Sur cette question du canon, on peut renvoyer au riche billet du collectif Les Jaseuses : Constellations créatrices, questions de stratégies et d’outils – faire avec et contre les canons, 2021. URL : https://lesjaseuses.hypotheses.org/3017.

[30] « Faire entendre des voix qui n’ont pas été entendues », op.cit.

[31] Cf. Photini Vrikki et Sarita Malik,  “Voicing lived-experience and anti-racism:

podcasting as a space at the margins for subaltern counterpublics”, Popular Communication, 17:4, 2019,

273-287. Cette étude, fondée sur des entretiens avec des producteurs et productrices de podcasts britanniques, identifiés à la communauté BAME (Black, Asian and minority ethnic), évoque leur projet de construction de représentations alternatives.    

[32] Jean-Jacques Cheval, « La Radio, un média démocratique ? Une mise en perspective française et internationale », Recherches en communication, n°26, p.13-31, 2006.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
conant (12 juin 2024). Entre prescription et transmission : les podcasts féministes consacrés aux artistes. L'essai médiatique. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ufq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search