Les essais de bande dessinée de Strömquist

Anne Grand d’Esnon a commenté pas à pas l’œuvre de l’autrice, par exemple cette page: « Les deux cases montrent bien à mon sens une des dynamiques de l’essai chez Strömquist : le détour par la mythologie celte référencé en note aboutit à une logique de mise en question d’une représentation de pop culture intégrée visuellement (le personnage de Morrigan dans Darkstalkers) puis de correction, par l’ajout de très longues lèvres internes conformes à la description érudite de la figure mythologique. Le multicadre de la bande dessinée permet de façon récurrente chez Strömquist un procédé de répétition et de modification sur deux cases selon une dynamique « pourquoi … ? / pourquoi pas …? » ; l’esthétique mineure retenue tout comme l’intégration intermédiatique que facilite le médium favorisent ces jeux critiques avec les représentations visuelles afin d’envisager, d’imaginer et de montrer d’autres possibles. »

Poétique de la navigation comme flux de pensée

« Le net est au dandy électronique ce que la rue des grandes villes était au dandy historique […] le nouveau dandy dérègle l’économie du temps des gestionnaires pour qui information = argent. […] Si la foule anonyme des rues constituait le public du dandy des grands boulevards, les utilisateurs connectés sur le Net constituent celui du Data Dandy. » (Adilkno (1998), The Media Archive, New York: Autonomedia, p.99)

Gala Hernández a présenté un film déroutant et passionnant de Graeme Arnfield: Sitting in Darkness.

 

L’essai au cinéma, une forme revendiquée de la modernité

En définissant 2 ou 3 choses que je sais d’elle (1967) comme « un essai sociologique en forme de roman », Jean-Luc Godard soulignait l’originalité de son film à l’intérieur de la forme de l’essai cinématographique. En effet, contrairement à l’essai documentaire où le documentaire se déroule comme une fiction, l’essai de fiction consiste à ouvrir la fiction sur le documentaire. À « une pensée qui forme » répond ainsi « une forme qui pense ». Godard, par la suite, pratiquera aussi bien l’essai documentaire avec, par exemple, Histoire(s) du cinéma (1988-1998) ou Le Livre d’image (2018) que l’essai de fiction avec Allemagne Neuf Zéro (1991), Les enfants jouent à la Russie (1993) ou Adieu au langage (2014).

Bamchade Pourvali a entouré d’une conférence puis d’une conversation à bâtons rompus la projection du film de Godard.

Colloque: un premier bouquet

Les propositions sont arrivées, et elles sont motivantes: ça parle des desktop films, du service Recherche de l’ORTF, des polardeux (Manchette, Beunat, Pouy…), d’un film de Barthes, du site internet de Jelinek, de phototexte, d’essais filmiques et d’écologie radicale…

L’appel court encore jusqu’à fin février, nous serons curieuses et curieux de toutes les réponses!

Colloque international 25-27 novembre 2019

Appel à communications

Organisatrices : Irène Langlet, EA 4120 LISAA, université Paris Est Marne-la-Vallée UPEM et Chloé Ouaked, EA 1087 EHIC, université de Limoges.

Le programme « Essai médiatique », soutenu par l’EA EHIC (axe 3) de Limoges, a comporté un séminaire à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, de 2016 à 2018. Quatre universités s’associent pour organiser le colloque final d’où sera tiré un livre synthétique : UPEM, Université de Limoges, Université de Bologne et Université Catholique de Louvain-la-Neuve (UCL).

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Le colloque aura lieu les 25-26-27 novembre 2019 à l’UPEM Marne-la-Vallée.

Les propositions de communication (20-30 lignes accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique) sont à envoyer pour le 28 février 2019 à I. Langlet irene.langlet@u-pem.fr et C. Ouaked chloe.ouaked@unilim.fr.

Argument: l’essai médiatique

De la forme inventée par Montaigne, l’histoire culturelle a fait naître une espèce littéraire qui se présente souvent comme un anti-genre, libre, critique, personnel, et dont on approche bien l’esprit quand on considère ces trois caractères comme en interaction continue, dans toutes les combinaisons : l’essai sera libre parce que critique, personnel donc libre, critique parce que personnel, libre donc critique… Continuer la lecture de « Colloque international 25-27 novembre 2019 »

Séminaire à Limoges : programme 2017-2018

Lancement de la deuxième saison ! Comme cela a été discuté lors la dernière séance de bilan, en juin, on a cherché à favoriser les réflexions sur :

  • l’essai à, ou de, ou sur la télévision
  • le rapport de l’essai aux formes actuelles du journalisme
  • un sujet « médiatique » (dans le sens de « fort d’un grand succès », « de grande diffusion »)
  • une carte globale des nonfictions médiatiques

Comme en saison 1, au moins une séance est assurée par un doctorant, avec lequel un répondant extérieur viendra dialoguer.

Toutes les séances se tiennent à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Limoges. Entrée libre et gratuite.

jeudi 25 janvier 2018, 16h-19h, D103
Tentative de cartographie des nonfictions médiatiques
Samuel Monsalve, Université de Limoges
Répondant : Vincent Ferré, Université Paris-Est Créteil

jeudi 8 mars, 16h-19h, D005
Essai et Nouveau Journalisme
Marie Vanoost, FNRS / Université Catholique de Louvain-la-Neuve

jeudi 5 avril, 16h-19h, D005
Essais sur, de ou à la télévision
François Jost, Université Paris-3
Thibault Le Hégarat, Université Versailles Saint-Quentin
Sylvie Perineau-Lorenzo, Université de Limoges

jeudi 17 mai, 16h-19h, D005séance reportée au mercredi 20 juin (plus d’informations sous peu)
Essais sur le polar
Natacha Levet, Université de Limoges

Séance n°4 : premier bilan et programmation 2017-2018

La dernière séance de l’année 2016-2017 sera consacrée à un premier bilan et à la programmation du second cycle de ce séminaire.

Une séance sera réservée à la conférence d’Alexandra Saemmer, prévue le 4 mai et reportée, sur l’essai numérique.

D’ores et déjà, les pistes tracées par les séances sur le photo-essay (A. Stafford), l’essai filmique (S. Févry) et l’essai dessiné (M. Hureau) ont dégagé des problèmes variés:

  • hiérarchies culturelles : l’essai se lit-il en régime de grande consommation ? Les débats autour des films de Mélanie Laurent (Demain) et François Ruffin (Merci patron !) ont révélé des lignes de clivage. Faut-il en faire des marqueurs de généricité ?
  • thymique de l’essai : alors que la théorie du genre littéraire accorde la plus grande place à la subjectivité de l’essayiste, les conférenciers ont attiré notre attention sur les émotions de l’essai (filmique, photographique). Ce déplacement conceptuel engage-t-il une révision des cadres génériques de l’essai ? Permet-il de repenser son énonciation, ou sa réception en régime intermédial ?
  • rhétorique et épistémologie de l’essai : la séance sur l’essai dessiné a montré les recoupements entre la diffusion du savoir et l’appropriation de ce dernier à travers les frontières poreuses de deux collections de bandes dessinées non-fictionnelles (« Éprouvette » et « La Petite bédéthèque des savoirs »). Le genre de l’essai permet-il de penser cette frontière plus précisément ?
  • postures de l’essayiste (et sociabilités de groupes, de collections, de projets).
  • sémiotiques différenciées selon les médias (photo, film, dessin).

Les organisateurs tiendront tout particulièrement compte des avis des auditeurs des séances du cycle 2016-2017, mais aussi de toutes les personnes intéressées. La programmation du cycle 2017-2018 veut en effet arpenter très largement le sujet, avant que ce programme de recherche trouve sa conclusion lors d’un colloque international, à l’horizon 2018/2019.

Venez nombreux !